Manque d’énergie ? la faute aux aliments…

Les aliments qui vous freinent


Manque d’énergie ? Cela vient peut-être d’un mauvais choix de vos menus. Votre corps est une véritable usine qui transforme les aliments en énergie, mais si vous vous trompez de carburant, vous allez polluer vos résultats. Pour tenir lors de vos entrainements intenses, il faut manger uniquement certains types de nourriture et en éviter d’autres qui vous épuisent. Voici ceux qu’il faudrait peut-être éviter pour aller au bout de votre performance , sans faillir.


Les produits laitiers

Le lait est généralement toujours au menu, avant  l’entrainement en collation ou avec les protéines. Or, il peut donner une sensation de lourdeur pendant sa digestion, ou de bouche pâteuse, à cause de la présence de sucres à digestion lente. C’est vrai aussi avec le yaourt ou le fromage blanc, surtout pour les personnes qui ont du mal à le digérer. La parade consiste à essayer d’abord de remplacer le lait demi écrémé par du lait écrémé ou du fromage blanc à 0%. Puis, éventuellement de se supplémenter avec des probiotiques, et si ça ne passe pas, il faut définitivement zapper les produits laitiers et diluer les protéines avec de l’eau. Après l’entrainement, par contre les collations à base de yaourt ou de fromage blanc sont  bien équilibrés en glucides, protides et lipides et excellents pour la récupération.

Une collation idéale


L’alcool

Si vous avez bu la veille de l’entrainement ou lors du repas qui précède, vous allez sûrement ressentir une baisse de vos performances. Car l’effet négatif de l’alcool perdure jusqu’au lendemain et accélère la déshydratation. Donc si vous savez que vous avez un gros entrainement à faire le lendemain, soyez vraiment raisonnable et buvez un cocktail sans alcool ou un bitter. Si vous avez un gros effort d’endurance à fournir, c’est encore pire, il faut vous abstenir pendant plusieurs semaines voire des mois, que va durer votre préparation. Mieux vaut vous en tenir à un verre, très occasionnellement, pour vraiment tirer parti de votre capacité physique.


Les pâtes

C’est l’aliment de l’endurance par excellence, d’où les fameuses « pasta party » qui gravitent autour des courses d’endurance. Oui, mais, car il y a un mais. Combattons les idées reçues, ce n’est pas le repas de la veille qui doit être chargé en hydrates de carbones. C’est pendant plusieurs jours que votre recharge en glycogène se fait dans vos  muscles. Donc oui aux pâtes pendant les deux semaines qui précèdent l’effort mais pas forcément la veille de l’effort. Sinon les glucides vont juste peser sur votre estomac et n’améliorer en rien vos performances. Parallèlement lors de ces deux semaines de charge glucidique diminuez les lipides, au profit des glucides, pour ne pas augmenter la charge calorique. Ne surchargez pas non plus l’entrainement pour en garder sous la pédale, le jour J.


Les édulcorants

Tous les adjuvants à base d’alcool de sucre, se terminant en –ol ne sont pas bien tolérés par l’organisme. Il s’agit pour la plupart d’édulcorants : l’érythritol, le sorbitol, le xylitol et le maltitol. Leur particularité c’est qu’il ne se digèrent pas ou très mal et donc ils passent par l’intestin et peuvent provoquer des désagréments du transit. Ce n’est donc pas avant l’effort qu’il faut prendre des barres ou des boissons contenant ces édulcorants. C’est pareil pour les sodas diet. Ce n’est pas non plus le moment d’essayer de nouvelles boissons que vous ne connaissez pas, l’effet peut être désastreux sur vos intestins. En récupération par contre, vous pouvez essayer la boisson sucrée ou le gel qui vous fait envie, à condition d’être à proximité des toilettes.

Une bonne dose d’énergie


Les mélanges de fruits secs

Les habitués de l’effort de montagne ou de vélo le connaissent bien. Il s’agit en général d’un bon mix de noix, raisins, abricots et autres fruits séchés qui vous permet de faire le plein de vitamines et de fibres avec un peu de sucres et de bonnes graisses. Mais les fibres ont aussi leurs inconvénients. Trop tôt avant l’entrainement, elles perturbent le transit. Et, pendant l’effort, elles ne sont pas digestes, car il s’agit de fibres insolubles. Ce qui peut causer crampes et diarrhée au mauvais moment, surtout si vous vous hydratez trop peu durant l’effort.


Les fritures

Tout ce qui est gras, hormis les oléagineux et les avocats, prend un temps de digestion extrêmement long. Tout simplement parce que les molécules de graisse sont grosses. Elles doivent donc être décomposées en plusieurs étapes avant de pouvoir être transformées en énergie. Ce qui fait que si vous en consommez avant l’effort, vous allez avoir l’estomac surchargé, vous sentir au ralenti et pas du tout en forme. Et ce, même si votre repas de fastfood date de la veille ou des jours précédents. D’où l’importance d’avoir une bonne alimentation tout le temps ou presque. Pour les cheat meals en tout cas, veillez à ne pas les planifier, proches de la date clé de la compétition.

Source mensfitness. Photo Shutterstock.com

Noter l'article
(4 votes, Moyenne: 4.25/5)
Manque d’énergie ? la faute aux aliments…
Manque d’énergie ? Cela vient peut-être d’un mauvais choix de vos menus. Votre corps est…
4 sur 5 4 votes
#coach
#1
Evacue ton stress par l'entrainement, pas par la nourriture
#2
Ta nourriture c'est ton carburant
#3
Pourquoi t'arrêtes-tu? Ce n'est pas encore fini!
6 choses à savoir sur le Tabata