Connaissez-vous les profils types de la salle de gym ?

Bientôt la rentrée et le retour au gymnase. Chacun a son style et sa manière d’être à la salle de gym, plus ou moins égoïste ou bien élevé… Mais certains sont un peu bizarres ou carrément barges ! Vous ne savez peut-être pas à quel type de personnage ressemble ce gars qui vous agace, ou peut-être que vous-même en faites partie sans le savoir ? Dans ce cas, il est temps d’en prendre conscience ! Si vous êtes régulier à la salle, vous avez sûrement croisé ce type de personnage plus ou moins intéressant, amusant ou carrément énervant, en voici les 10 principaux représentants.

Les profils du gym


L’apprenti coach

Il vous entrainera et vous conseillera malgré vous, c’est le donneur de leçons qui vous indique quel poids utiliser, quelle machine, comment exécuter le geste. Bref, c’est cool et il est expérimenté, mais vous n’avez rien demandé et là il vous interrompt en pleine série !!! Et votre temps est compté, vous n’êtes pas là pour discuter. Même si sa démarche est sympa, ce n’est pas le moment, remerciez-le et dites-lui que vous n’hésiterez pas à lui demander conseil, plus tard si vous avez des questions.

Le hurleur

Vous ne pouvez pas le rater car vous entendrez son cri de guerre avant même de pousser la porte de la salle. On ne sait pas pourquoi il crie, souffle bruyamment, gémit ou râle mais il est bruyant et a l’impression que son effort se mesure à la puissance de ses cris, comme les tennismen, voyez-vous ? Ne vous trompez pas, ces cris ne sont pas le signe qu’il est le plus fort. C’est même une façon de repousser les autres qui resteront loin de lui ou monteront le son de leur casque. Ce qui doit vous impressionner, c’est de voir soulever un poids important avec facilité, sans bruit, à peine un « pffff  » en soufflant… Ignorez-le, c’est la seule chose à faire et faites-vous ami avec celui qui soulève sans bruit.

Le bordélique

Vous l’avez sûrement croisé, lui ou un de ses nombreux accessoires qui jonchent le sol et dans lequel vous vous êtes cogné le pied…On dirait qu’il a tout mis par terre disques, barres, sangles….pour mieux se servir de chaque accessoire, un peu comme ces enfants qui vident d’abord le coffre à jouets avant de commencer à jouer pour de bon. Rien à faire, mieux vaut repérer son créneau et éviter de s’entrainer aux même horaires que lui. De toute façon, il a déjà tout pris et n’a rien rangé, vous allez perdre du temps à chercher le bon disque ou à remettre en place sur les racks ce qui ne l’est pas.

Le selfieman

Bon, ce n’est pas un top model, mais il aime bien se photographier en train de faire, des pompes, des reps, des curl… D’une main, ce n’est pas facile, et il perd plus de temps à choisir le bon angle et la bonne lumière qu’à s’entrainer au final. Si vous devez attendre que la photo soit bonne pour prendre sa place sur la machine, ayez l’air agacé. Si son téléphone traine par terre et que vous manquez de marcher dessus, ça craint. Et s’il se photographie face à vous dans le miroir, c’est encore pire, vous n’avez pas demandé à être sur la photo. Demandez-lui d’attendre d’être seul pour se prendre en photo sans déranger.

Le chanteur

Il s’entraine avec son casque et sa propre play-list. En principe c’est ce que tout le monde fait et ça se passe plutôt bien, mais il arrive que l’un d’entre eux se lâche sur sa chanson préférée et chante le refrain -assez mal, mais fort, car il ne s’entend pas, il a un casque sur les oreilles-, par contre vous, vous l’entendez super bien et il chante faux. Parfois il enchaine quelques pas de danse ou un moonwalk, ou pousse un cri à la Mickael Jackson. Il n’y a rien d’autre à faire que de l’éviter de trop près ou de monter le son de votre casque…

Le combattant

Il semble en conflit avec son propre reflet dans le miroir, car il fait mine de boxer sur place. Au lieu de s’entrainer sur les machines, il se fait des feintes et se déplace en fixant son adversaire imaginaire, en le provoquant et l’invectivant. Tant qu’il sautille de droite à gauche en serrant sa garde, ça peut aller, mais quand il tente le coup de pied retourné, faites attention à ne pas passer à ce moment-là car il est rapide et imprévisible. Donnez-lui l’adresse d’une bonne salle de sports de combat, il y sera plus à sa place.

L’hésitant

Il ne sait pas encore très bien pourquoi il est là, il arpente la salle et s’approche des machines sans oser s’y installer. Il ne connait rien au fonctionnement des charges et ignore à quoi les appareils de musculation peuvent servir. Parfois, il attend patiemment que quelqu’un s’y installe et regarde attentivement ce qu’il faut faire, sans oser y aller. Il est timide et s’il se promène, c’est qu’il a besoin d’aide et de conseils. Souriez-lui, mais ne faites pas le boulot du coach, orientez-le vers la bonne personne qui saura lui établir un programme et lui expliquer en détail le fonctionnement de chaque machine.

L’acrobate

Il n’utilise pas les barres de traction de manière conventionnelle et on dirait qu’il fait du trapèze ou des barres parallèles tant il oscille sur un bras ou tourne autour de la chaise romaine. Bon, ce gars a des abdos en béton et une super condition physique mais ce n’est pas l’endroit pour en faire étalage. A la salle de musculation, on fait de la musculation, point barre. Si ce type se met à faire le drapeau sur un montant de machine, une catastrophe peut vite arriver… Mieux vaut l’inciter à aller au parc à l’extérieur où ce genre d’entrainement des rues a souvent cours et s’y prête, sans danger pour les autres utilisateurs.

L’ultra-équipé

Comme il n’a pas beaucoup de résultats, mais qu’il a les moyens, il achète toute sorte d’accessoires de musculation censés l’aider à progresser. Il vient avec sa ceinture, ses bandes de poignet, ses bandes de genoux, ses sangles de tirage, son tapis et son ballon. Sans oublier ses applis de fitness, sa montre cardio, qui contrôle et mesure tout. Bref il a tout ce qu’il est possible de porter sur soi pour améliorer ses performances. On dirait qu’il est déguisé tant il a de choses sur lui et se déplace avec. Il confond entrainement et équipement. Pour lui aussi, un bon coach serait précieux pour lui dire ce qui est vraiment important.

Le shakeur

Il shake non stop, pas son booty, mais son mélange de protéines et d’acides aminés. Sa préparation a une drôle de couleur et une drôle d’odeur qu’il vous fait partager lorsqu’il passe à côté de vous, soit parce qu’il shake encore un peu et que ça coule par terre -et que vous venez de comprendre pourquoi vos semelles collent- soit parce qu’il ouvre le goulot pour boire sa mixture étrange et peu ragoûtante. C’est le même qui juste avant, au vestiaire, renverse sa poudre et laisse des auréoles collantes de son mélange juste là où vous vous asseyez. Faites-lui connaitre les acides aminés en gélule et démontrez lui par A+B que c’est avant ou après l’effort qu’il faut prendre ses prot. Pendant, de l’eau suffit…

Vous ne pourrez pas les éviter à 100% mais au moins vous saurez à quoi vous attendre et dès les premières semaines vous verrez à qui vous avez affaire lors de vos toutes premières séances d’entrainement.

Source muscleandstrength.com. Photo Shutterstock.com/Masha Gold

Share Button
(3 votes, Moyenne: 4,67/5)
Loading...