Dossier régimes. Les années 60/70

Les régimes des années 60-70 sont-ils farfelus?

LES DIFFERENTS TYPES DE REGIMES POUR MINCIR, deuxième partie.

Les années 60-70 voient fleurir un grand nombre de méthodes nouvelles pour mincir et perdre du poids qui font la fortune de leurs inventeurs.

Weight watchers
En 1963, naquit le fameux Weight watchers encore en vogue aujourd’hui. Un homme suivant un régime au département de la Clinique d’obésité et de santé publique de New York se rendit compte de l’énorme douleur émotionnelle qui accompagnait la prise de poids. Jean Nidetch eut l’idée de créer un groupe d’entraide  pour faire maigrir les femmes et commercialisa le concept complet. Weight Watchers est aujourd’hui une société florissante internationale qui compte 25 millions de diplômés et qui génère 1 milliard de dollars de revenus.
– Ça marche car l’union fait la force pour tous ces hommes et femmes seuls face à leurs problèmes de poids, qui doivent rendre des comptes lors de réunions publiques.
– Ça ne marche pas, car, sitôt le régime terminé, les mauvaises habitudes reviennent.

Le régime hyperprotidique
En 1967, Stillman pose les bases du régime hyperprotidique à base de viande maigre, volaille, œufs et fromage maigre. Les protéines consommant de l’énergie permettaient de manger plus, tout en perdant entre 3,5 et 7,5 kg par semaine. Des millions de personnes ont suivi son régime.
– Ça marche car la perte de poids est rapide et assez spectaculaire.
– Ça ne marche pas car, il est impossible de le suivre à long terme et que les effets indésirables sont nombreux : cétose, mauvaise haleine, constipation, nausée et fatigue. Aujourd’hui le régime hyperprotéiné en est dérivé.

Le régime crétois
Dans les années 70-80 se développe le régime crétois. Suite à une étude sur les habitants de la Crète, on s’est rendu compte que certains types d’alimentation étaient bénéfiques. Il repose sur un apport calorique assez faible, une grande consommation de fruits et légumes frais de saison, de pain, de céréales, et une faible consommation de viande rouge, de lait et de beurre, au profit du fromage frais et des poissons, le tout accompagné d’huile d’olive, riche en oméga-9 et de vin rouge.
– Ça marche parce que ce régime est riche en fibres, vitamines et minéraux.
– Ça ne marche pas car c’est surtout un régime santé qui protège des maladies cardio-vasculaires et il est difficile à suivre loin de la Méditerranée, d’autant plus que le lait est un des principaux apports en vitamine D pour les pays ou régions qui manquent de soleil.

Le régime Atkins
Le célèbre régime Atkins, en 1972 est présenté comme une révolution dans un livre, l’un des plus influents de tous les temps. Il persuada ses 15 millions de lecteurs d’arrêter les glucides pour manger autant de protéines et de graisses qu’ils pourraient en avaler, partant du principe que le corps brûlerait ses graisses s’il n’avait pas de glucides à brûler. Supprimant tous les glucides  (riz, pâtes, pommes de terre, pain, fruits, légumineuses, sucreries…) Tout le monde n’approuva pas son régime, qu’on ne pouvait pas suivre plus de quelques mois.
– Ça marche, mais un journal médical avança que les gens en réalité perdaient du poids parce qu’ils consommaient moins de calories et non moins d’hydrates de carbone.
– Ça ne marche pas sur le long terme (on reprend les kilos si on remange selon ses anciennes habitudes) et on ressent des effets secondaires assez désagréables proches de ceux du régime Stillman décrit plus haut. Les kilos perdus sont surtout dus à la perte d’eau et à la fonte musculaire. La monotonie engendre fatigue, dépression, des carences en anti-oxydants. L’excès de matière grasses est néfaste pour le cœur et les artères.

Le Prikitin Program
En 1976, il a convaincu John Travolta et Barbara Streisand, arguant qu’un régime pauvre en matières grasses pourrait faire reculer les maladies cardio-vasculaires. A base de fruits frais et de légumes cuisinés, de pains et de pâtes à base de céréales complètes et de petites quantités de viande maigre, volaille et poisson, associé à une pratique quotidienne de l’exercice aérobie, pouvant faire pencher la balance et perdre du poids ce qui lui valut une renommé mondiale.
– Ça marche parce qu’on mincit forcément en mangeant mieux et moins, tout en faisant du cardio et que les stars l’ont mis en avant.
– Ça ne marche pas, car c’est un régime santé avant tout et que les stars aussi sont victimes du poids yo-yo dès qu’elles arrêtent le régime.

Le régime Scarsdale
Conçu par Tarnower dans les années 50, il devient célèbre avec un livre publié en 1978. Il consista à supprimer alcool, beurre, huile et à consommer 700 à 1000 calories par jour, essentiellement avec des protéines, des carottes et du céleri.
C’est l’un des premiers régimes low carb, pauvre en glucides, découpé en plusieurs phases de deux semaines alternant régime et stabilisation, jusqu’à obtenir le poids idéal.
– Ça marche parce qu’il s’agit en fait d’un régime hypocalorique avec des menus imposés, mais équilibrés qui s’adaptent aux goûts de chacun. Facile à suivre (pas de calories à compter ni de rations à peser), la perte de poids est rapide au bout de 15 jours.
– Ça ne marche pas parce qu’il repose sur des choix diététiques qui n’ont plus cours et qu’il est hyper contraignant et frustrant (beaucoup d’aliments interdits et il faut le respecter à la lettre). Il ne recommande pas la pratique d’exercice. Le répéter à vie est impossible et causerait des carences en acides gras et calcium. On perd surtout du muscle et de l’eau. Et les kilos reviennent.

A suivre… Troisième partie, les régimes des Années 80-90.

Si vous avez manqué la première partie sur les régimes du début du 20e siècle

Photo Shutterstock.com

 

 

Share Button
(Pas encore de votes)
Loading...

Ecrire un commentaire