Alex Rusch, un physique massif et esthétique à la fois

Alex Rusch, Fitness Model pratique la musculation

Interview d’Alex Rusch, Fitness Model, par Chris de Fitadium

Alex a débuté très tôt la musculation avec les moyens du bord, et il n’a pas arrêté depuis, fasciné par l’exigence de ce sport. Son physique à la fois massif et très esthétique lui a ouvert depuis peu les portes des studios photos, et les marques commencent à le courtiser pour leurs shootings, même s’il n’a pas abandonné son métier de conseiller financier. On ne sait pas pour quel établissement bancaire il travaille, mais quand il enlève la chemise, ce qui ne fait aucun doute , c’est qu’il y en a certaines qui doivent se mettre aussitôt à aimer leur banque…

Vous aussi, vous êtes athlète professionnel ou modèle et vous voulez partager votre actualité avec Fitadium? Envoyez-nous vos photos ainsi qu’une brève présentation expliquant votre parcours sur le formulaire de contact du site fitadium.com ou sur notre page facebook.

Fitadium : Faisons les présentations, qui êtes-vous ?

Alex R : Enchanté Chris, je m’appelle Alex, je suis Model Fitness depuis Octobre 2014, soutenu par mon partenaire nutrition MX3. En parallèle, je suis conseiller financier.

F : Comment êtes-vous venu à la musculation ? A quel âge ?

A : J’ai débuté la musculation à 16 ans, après avoir pratiqué beaucoup de sports différents; rugby, volley, tennis, judo etc. L’envie de pratiquer ce sport m’est venu en visionnant un film, dont je ne connais même plus le titre; l’un des acteurs, en débardeur et légèrement dessiné au niveau de la musculature a agi comme un déclic pour moi : c’est comme ça que je voulais être !! Je trouvais cela très esthétique, alors j’ai éteint la télé, et je me suis mis à vider les boîtes de balles de tennis que j’avais dans ma chambre, je les ai remplies des billes que j’avais gardées de mon époque école primaire, et je m’en suis servi d’haltères. Depuis lors, je me suis concentré à 100% sur ce sport.

F : Aujourd’hui, quel est votre poids et votre taille ?

A : Actuellement je suis en « sèche », donc je pèse 75 kg. Hors saison, mon poids se situe autour de 82 kg, et je mesure 1M70.

F : Quel genre de physique aviez-vous au départ ?

A : Comme je vous les dit, j’ai toujours pratiqué beaucoup de sport, en commencant la musculation, à 16 ans, j’avais donc déjà un physique assez athlétique, de bonnes bases.

F : Qu’est-ce qui vous a fait accrocher sur un sport aussi exigeant ?

A : Justement, vous avez dit le mot juste !! C’est l’exigence de ce sport qui fait toute sa beauté. Il n’y a pas de place au hasard. Si l’on veut réellement progresser, et atteindre un physique hors du commun, la discipline, la rigueur, la détermination sont les maîtres mots. En ce qui concerne l’entraînement bien entendu mais pas seulement, la diététique, les phases de repos sont tout aussi importantes. La musculation, c’est loin d’être un sport physique uniquement, c’est bien plus que cela,. C’est notamment un sport qui m’a beaucoup appris, dans des domaines tels que la physiologie, le fonctionnement du métabolisme, la diététique donc, etc. C’est un sport qui forge le mental, un sport de combat, mais un combat mené contre soi-même. C’est tout cela qui m’a fait accrocher à ce sport.

F : Avez-vous pratiqué ou pratiquez-vous encore d’autres sports ?

A : Comme je l’ai dit, j’ai pratiqué beaucoup de sports, aujourd’hui, à part la musculation, je pratique la natation ainsi que la course à pied, surtout en phase de sèche. Je suis également un grand fan de sports d’hiver et je m’y rends dès que possible.

F : Quel est votre principal objectif ?

A : Mon principal objectif est de continuer à progresser, de faire évoluer mon physique. En terme de projet, l’objectif est de devenir le porte-drapeau d’une marque de vêtement, de bijoux, ou de parfumx. Mes objectifs sont tous liés au monde du mannequinat.

F : Comment vous entrainez-vous ? Déroulez le menu de votre séance…

A : Je fais des semaines basée sur 5 entraînements, du lundi au vendredi, dans l’ordre suivant : pectoraux-mollets, dorsaux-triceps, cuisses-mollets, épaules-trapèzes, biceps-triceps. Je suis partisan des séries comprises entre 10 et 12 reps, je fais 3 à 4 exercices par muscle pour chaque séance.

L'entrainement d'Alex Rush est classique

F : Du cardio ? un entrainement très spécifique ? de quel genre ?

A : Du cardio en sèche uniquement, et rien de spécifique concernant l’entraînement, à part des supersets par période.

F : Et pour la diète, est-ce que vous êtes strict au quotidien, ou est-ce que vous faites des exceptions lorsque vous sortez ? Vous faites comment pour tout concilier ?

A : En période de sèche, je pense qu’il faut être strict. Plus on l’est, et meilleur sera le résultat, donc pas d’écarts, des repas préparés et pesés à l’avance, et peu de sorties. Heureusement, cela ne représente que 2 mois de l’année. Le reste de l’année, il faut savoir se faire plaisir; se priver est la meilleure manière de se frustrer, et donc se démotiver. En prise de masse, je respecte une diète stricte en semaine, et je me fais plaisir le week-end en allant au restaurant ou en recevant du monde. C’est le compromis que j’ai trouvé et qui me convient. En règle générale, je ne suis pas très « sorties », je ne me prive donc pas vraiment en restant rigoureux.

F : Faites-vous des périodes de sèche ? de prise de masse ? expliquez-nous…

A : De Mai à juillet, je fais effectivement une sèche, c’est la période de l’année ou se concentrent les shooting photos, tournage vidéos etc, il faut donc être au top de sa forme. Le reste de l’année, je suis en prise de masse, mais comme je l’ai expliqué, pour moi prise de masse ne signifie pas manger ce que l’on veut, n’importe comment, n’importe quand. Le choix des aliments est toujours fait avec rigueur, idem pour les quantités.

F : Surveillez-vous toujours votre pourcentage de masse grasse ? Comment mesurez-vous vos performances ?

A : Non, je ne surveille que très peu mon poids et mon taux de masse grasse, se sont des indicateurs, mais je ne fais pas de fixette dessus. Le vrai révélateur, la seule vérité, c’est le reflet dans le miroir !!

F : Votre point de vue sur l’entrainement intensif ?

A : Aucun intérêt, le corps est une machine complexe, avec des besoins de repos, c’est dans cette phase la que l’on construit du muscle. Pour varier, on peut tout essayer, tout tester, mais je ne dépasse jamais les 1h15 d’entraînements; trop en faire, c’est comme en faire trop peu. Je reste donc sur des training « standard », c’est la persévérance qui fait la différence.

F : Quels sont vos exercices préférés et ceux que vous n’aimez pas ?

A : Mon exercice préféré : le curl biceps au pupitre, j’aime ce muscle, le muscle roi, et cet exercice m’apporte une congestion énorme, très agréable. L’exercice que j’aime le moins, c’est l’un des plus durs, forcément : le développé épaules avec haltères; il demande beaucoup d’effort, les épaules sont un muscle difficile à entrainer, bien que se soit mon point fort.

Le physique massif et esthétique d'Alex Rusch

F : Quels sont vos points forts ? Et vos points faibles ? De quoi êtes-vous le plus fier dans votre physique?

A : Mes points forts : les épaules donc, et les biceps. Mes points faibles, les mollets, très mauvaise génétique, donc je les travaille 2 voire 3 fois par semaine pour combler les lacunes. Fier est un grand mot, mais je dirai que je suis satisfait d’avoir un physique relativement équilibré, harmonieux. Beaucoup de pratiquants négligent certains muscles, ce qui fausse l’équilibre général. J’ai pendant très longtemps négligé le bas du corps, comme beaucoup, j’ai rattrapé cela, et c’est beaucoup mieux. J’invite vraiment ceux qui veulent progresser et développer un physique harmonieux à muscler tout leur corps, ne faites pas l’erreur de négliger un groupe pendant des années, rattraper cela n’en sera que plus difficile.

F : Quel type d’entrainement a donné pour vous les meilleurs résultats ?

A : Comme évoqué précédemment, rien de spécifique, un training basé sur 3 à 4 exos par muscles, 5 séries, 10-12 reps.

F : Préférez-vous l’entrainement avec haltères ou sur machines ?

A : Avec haltères !! ils donnent les meilleurs résultats, les machines sont utiles en exercices de finition, ou pour dessiner le muscle en période de sèche, mais la base reste les haltères. Arnold a construit son physique comme ça, je pense donc que l’entraînement avec haltères à fait ses preuves!!

F : Comment conciliez-vous votre travail avec la musculation ?

A : Cela demande une certaine organisation, mais ayant des horaires de bureau, cela reste assez simple à mettre en oeuvre.

F : Prenez-vous des suppléments ? lesquels et dans quel but ?

A : Je prends de la whey protéine, ainsi que des BCAA après le training. Ces deux suppléments sont très complémentaires, ils permettent de compléter mon alimentation, c’est un petit plus, tout petit plus, l’alimentation restant la base, et c’est ce que je privilégie, je consomme donc assez peu de suppléments.

F : A quelles compétitions avez-vous participé ? Pourquoi ?

A : Je ne participe à aucune compétition, pour la simple et bonne raison que je ne cautionne pas certaines pratiques. C’est un sport où le dopage peut faire d’immenses différences, aucun intérêt d’y participer, quand vous êtes athlète naturel.

F : Quels sont vos athlètes de référence ?

A : J’admire Arnold Schwarzenegger. C’est le physique le plus harmonieux, le plus attrayant de l’histoire pour moi. A une époque ou les techniques d’entraînement n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui. Alors ok, il y a eu une aide chimique si l’on peut dire, mais le résultat reste superbe. Voilà pourquoi je ne parle pas de référence, on ne peut pas se référer à un athlète ayant eu recours à des produits dopants lorsqu’on est naturel, mais je l’admire.

F : Quelle est votre position sur le dopage ?

A : Comme vous l’avez compris, ce n’est pas ma façon de procéder. Cependant, je n’ai rien contre ceux qui ont recours au dopage, l’important étant qu’ils le reconnaissent!! Rien de pire que ceux qui sont des exemples pour le grand public, les jeunes qui débutent, et qui jurent être « propre », c’est malhonnête et c’est surtout manquer de respect à ceux qui s’entraînent sans dopage, et à ceux qui suivent ces athlètes. A titre personnel, j’ai souvent été « soupçonné », mais quel plus grand compliment pour un athlète non dopé, que de jeter un tel doute dans l’esprit des gens.

F : Quel conseil perso donneriez-vous à un débutant ou à quelqu’un qui souhaite progresser radicalement ?

A : Beaucoup de gens commencent, peu de gens tiennent, alors ce que je conseille, c’est de définir précisément ses objectifs : pourquoi se lancer dans ce sport, quelles sont les réelles motivations. Une fois que cet objectif est déterminé, il faut se donner les moyens, avancer, progresser. Si l’on a le contrôle sur quelque chose, c’est bien son propre corps, cela ne tient qu’ à soi. Il n’est jamais trop tard pour commencer, jamais trop tard pour devenir celui que l’on rêve d’être!!

F : Quels sont vos projets ?

A : Shooting photos, couverture de magazine, continuer à développer mon partenariat actuel, trouver d’autres partenaires, donner envie à un maximum de monde de se lancer dans la musculation, un sport qui forge le corps, et l’esprit.

F : Vous n’en avez jamais marre de la musculation ? Qu’est-ce qui vous motive pour continuer dans cette voie ?

A : Parfois, il est normal d’avoir une petite baisse de motivation. Lorsque l’on se donne à 100% dans un domaine, une certaine lassitude peut parfois s’installer, c’est dans ces moments-là qu’il faut savoir lever le pied, souffler, faire autre chose quelques jours et repartir au combat. La musculation fait partie de ma vie, il est devenu aussi naturel pour moi de m’entraîner que de faire toute autre chose du quotidien, cela fait partie de mon équilibre, de mon bien-être. Quand un tel mode de vie, un tel sport est ancré en vous, il n’est jamais question d’arrêter.

F : Merci Alex !

 

Share Button
(10 votes, Moyenne: 4,60/5)
Loading...

Ecrire un commentaire