Interview de Lauréna, coach fitness

Interview de Laurena, coach Fitness

On a tiré le portait de Lauréna, une petite pépite d’énergie jamais à court de projets et prête à tout tester pour en apprendre davantage. Et vous savez quoi , à 22 ans, elle en a encore sous le capot !

Laurena, jeune coach de fitness nous parle entrainement, compétition et vie australienne

Présente toi rapidement

Laurena Giunipéro, 22 ans, actuellement en Australie, coach et prof de fitness.

Raconte nous les débuts de ton parcours

J’ai commencé le sport très jeune. Je ne tenais pas en place alors mes parents m’ont fait tester pas mal de sports : natation, danse, babygym et même le golf!

J’ai vraiment adoré la danse, j’ai pratiqué énormément jusqu’à ce qu’une amie me demande de rejoindre son groupe au Gym aérobic. Curieuse, j’ai accepté et finalement de fil en aiguille, quelques années plus tard en 2009 je rentre en équipe de France espoir et je participe en 2010 à mon 1er championnat du Monde. J’avais 13 ans, j’ai continué pendant 7 ans jusqu’en 2016. Et je suis devenue Championne du monde avec mon équipe en 2014.

Côté études, j’étais en sport études mais avec des journées complètes 8h-17h. Et ensuite je partais m’entrainer jusqu’à 20h. Et ceci 6 jours sur 7, (de 9h à 12h le samedi).

Un gros rythme à suivre lorsqu’on a à peine 14 ans. Rentrer, organiser ses devoirs, ses entrainements, dormir assez, faire mes lessives. Parce que oui, je vivais en internat à 500km de chez moi. J’ai grandi loin de ma famille et même si c’était difficile parfois, je pense que c’est à cette période que je me suis forgé un gros mental.

J’ai réussi un bac ES mention assez bien, puis tout naturellement, je me suis dirigée vers un STAPS 1 an et 1 BPJEPS C&S Nutrition performance et diététique.

Le sport de haut niveau, ça t’a appris quoi ?

J’ai beaucoup voyagé grâce à la gym, cela m’a beaucoup appris et donné envie de voyager encore plus. Je suis allée 3 fois en Asie en Amérique du Nord et du Sud, toute l’Europe. J’ai fait vraiment de belles rencontres avec des personnes avec qui je garde un certain contact.

 

« Le sport de haut niveau m’a quasiment tout appris »

 
Le sport à haut niveau m’a quasiment tout appris, lol.

  • Dépassement de soi. S’entrainer dur chaque jour, chaque fois un peu plus, aller chercher l’excellence même les jours de fatigue.
  • Ne jamais abandonner après un échec. Je n’aime pas utiliser le mot échec, car pour moi, il n’y a pas d’échec. Chaque moment difficile te fait grandir et t’apprend. Chaque « échec » a un côté positif pour aller encore plus loin dans tes rêves ou objectifs.

Et aussi cela m’a rendue mature et m’a beaucoup appris sur le fonctionnement de mon corps.

Laurena est une coach souriante

Comment es-tu venue à la musculation ?

Je suis venue à la musculation naturellement après la gym. Pendant 2-3 mois, j’ai complètement arrêté le sport car j’en avais besoin après tant d’années d’entrainement sans pause. Puis je me suis finalement « remise à la muscu » car j’en avais pratiqué quand j’étais en équipe de France de gym.

De plus, ayant en tête de devenir coach, il fallait que je m’y mette ! J’ai donc commencé sérieusement en septembre – octobre 2016.

Tu as touché à plein de disciplines, semi marathon, crossfit, pole dance… quel est ton moteur ?

J’ai effectivement touché à plein de sports. Pourquoi ? Par envie de me challenger, par besoin de retrouver les émotions fortes de la compétition que j’ai eu tout au long de ma carrière de sportive. Envie aussi de faire des nouvelles actions avant d’être trop vieille pour performer, lol.
 

« Quand j’ai une idée en tête, rien ne m’arrête »

 

Mon moteur ? Je dirais mon mental, quand j’ai une idée en tête, rien ne m’arrête.

Tu as été prof quelque temps dans une salle de sport

J’ai effectivement été engagée par une grosse salle de sport sur la Côte d’Azur directement après l’obtention de mon diplôme.

Ce fut un très bon tremplin pour moi : me faire voir et attirer de potentiels clients. J’ai donc décidé 8 mois plus tard de me mettre à mon compte en tant que coach. Car je me suis rendu compte que travailler pour quelqu’un c’est vraiment pas pour moi ! Puis j’ai développé mon propre business.

Tu as fait quel genre de coaching sur la côte d’azur ?

J’ai réussi à me construire un petit business en moins d’un an en France, j’ai eu pas mal de clients réguliers ajoutés aux cours collectifs que j’ai continué de donner en indépendant, et quelques clients plus prestigieux que j’ai eu la chance de coacher par le bouche à oreille (mais je dois rester discrète).

J’ai appris et j’apprends encore de mes coachings. Chaque individu est différent et a des besoins différents. J’aime me « casser la tête » pour créer la meilleure session et un suivi sur le long terme.
 

« J’aime me « casser la tête » pour créer la meilleure session et un suivi sur le long terme »

 

Comment t’es-tu faite connaître ?

Beaucoup grâce à fitlane et à la visibilité que ça m’a donné, j’avais un petit groupe de fans à mes cours. Puis le bouche à oreille de clients satisfaits et un peu instagram aussi (à mon petit niveau).

Tu as eu l’opportunité de rejoindre Cyclone, un concept de vélo indoor ?

Cyclone m’a trouvée grâce à instagram. Avec le responsable, on s’est rencontrés, il m’a présenté le concept que j’ai littéralement adoré. Puis je lui ai fait confiance à 100%. J’ai été formée puis dès l’ouverture du studio à Nice, j’ai commencé à travailler pour eux. Moi qui à la base déteste le vélo !

Les choses n’arrivent pas pour rien ! Cela m’a permis de m’étendre à l’International.  Ayant pour projet de partir développer mon business en Australie, je voulais avoir une piste de job sérieuse. J’ai donc contacté Upcycle à Sydney en leur envoyant une vidéo. Ils m’ont tout de suite répondu qu’ils voulaient me rencontrer et que si tout allait bien, ils m’embaucheraient. Et ça s’est fait ! J’y ai même gagné une « famille » australienne : des personnes juste remarquables qui m’ont beaucoup donné. D’ailleurs, j’ai de beaux projets avec eux dans un futur proche mais je n’en dirai pas plus…

La diététique ça t’es venu comment ? tu as toujours fait attention à ton assiette ?

Je me suis toujours intéressée à la nutrition. Cela va peut-être vous choquer mais je n’ai pas eu de bon suivi lorsque j’étais en Equipe de France. J’ai toujours su que l’alimentation jouait un rôle super important dans le fonctionnement du corps. De plus je voulais vraiment me former pour donner un max de ressources à mes clients car oui l’entrainement correspond à environ 30- 40% et l’alimentation quasiment 70% !

J’ai toujours essayé de me nourrir de la meilleure des manières, car pour mon corps c’est mon carburant. C’est comme une voiture si c’est un diesel et que tu lui donnes de l’essence, la voiture ne fonctionnera pas. Je suis passée par plein de phases, j’ai moi-même fait des erreurs mais c’est comme cela que l’on apprend. Il faut rester à l’écoute de l’évolution humaine, des nouvelles recherches, expériences. Je ne reste jamais sur mes acquis, j’ai soif d’en apprendre encore plus. Je continue de m’instruire car la nutrition évolue et beaucoup de mythes se brisent et je dirais ENFIN !
 

« Je n’ai pas peur de me tromper, j’essaie, ça ne marche pas, j’apprends, et je continue »

 

Quels sont les atouts, les traits de caractère qui te font avancer d’après toi ?

Mes atouts sont je dirais : ma soif d’apprendre et de faire évoluer mes connaissances. Je n’ai pas peur de me tromper, j’essaie, ça ne marche pas, j’apprends, et je continue jusqu’à atteindre mes objectifs. Regardez, j’ai tout quitté en France pour tout recommencer ici à Sydney.

Peur ? Oui, mais je suis une battante qui ne lâche jamais et pour le moment, ça paye.

 

« Je suis une battante qui ne lâche jamais et pour le moment, ça paye »

 

Tu as un mantra, une phrase de motivation ?

Pas vraiment, mais j’ai pas mal de gens qui m’inspirent dans divers domaines. Will Smith (mental, personnalité et carrière), Steeve Jobs pour le business et sa vision, Gandhi sur le spirituel.

On dirait que tu as besoin de nouveaux challenges en permanence ?

Ahaha oui j’ai constamment besoin de challenge, c’est au fond de moi. J’ai besoin de me prouver des choses plus inattendues. Je n’aime pas la routine, on n’a qu’une vie et j’ai décidé de la vivre à 300%.

A chaque fois pour te faire une idée, tu prépares une compèt’ du sport que tu veux coacher ?

C’est vrai que quand je teste un nouveau sport, je n’ai pas juste envie de « m’entrainer » mais je veux performer (merci la gym). Je me suis d’abord préparée pour un semi-marathon puis je me suis mise à la pôle dance où près seulement 6 mois, j’ai participé aux Championnats de France. J’ai fini 6° sur une trentaine. Ensuite, je me suis mise au crossfit que j’ai pratiqué pendant plus d’un an (avant de partir en Australie), là aussi je suis allée à Athènes pour participer à une compétition où j’ai fini 3° sur 80/90 filles !  Chaque fois que je pouvais, je participais à des compétitions, ça me permettait de gagner de l’expérience sur moi-même mais aussi sur de nouvelles techniques d’entrainement crossfit.

Laurena, coach fitness et ça se voit

Pourquoi avoir choisi l’Australie ?

Tout simplement parce que c’est un pays très développé dans le milieu du fitness et du sport en règle générale.  Les gens sont positifs, actifs, ils vivent à fond et ne se plaignent pas. Ça ne veut pas dire que la vie n’est pas difficile mais cela me correspond totalement.

Les gens travaillent tôt donc 5/6H à la salle mais finissent tôt. La demande est énorme pour du coaching. Si tu es bosseur, sérieux, et engagé dans ce milieu, tu t’en sors très bien.

Tu as fait comment pour préparer ton départ, pour décrocher un entretien professionnel ?

Un peu à l’arrache, lol, j’ai un peu décidé sur un coup de tête de partir. Ça faisait bientôt deux ans que j’en parlais, sauf que je n’avais jamais sauté le pas.

Pourquoi ? Peur de l’inconnu et de quitter tout ce que j’avais construit. Puis finalement je me suis dit qu’il n’y aurait jamais de moment parfait. J’ai pris mon courage à deux mains et ai acheté mon billet et mon visa. Ensuite j’ai géré toute la paperasse et commencé à me renseigner mieux sur les choses à faire ici.

le mode de vie australien de Laurena

 

Quel est le style de vie ici?

Le style de vie est juste ce dont je rêve : réveil assez tôt et couche-tôt. Sport le matin avant d’aller travailler ou juste après le boulot. Les gens ici se bougent, ne cherchent pas d’excuses. Ils vivent leur vie à fond. Ici c’est la positive attitude (dans tous les domaines). De plus, les australiens t’offrent beaucoup d’opportunités, ils te laissent la chance d’essayer. Ensuite, il ne te reste plus qu’à prouver que tu es la personne recherchée. En plus, il y très peu de chômage.

 

Tu t’es tout de suite intégrée ou ça a été dur ?

Je me suis très bien acclimatée, même trop bien !  Je n’ai aucun regret d’avoir fait ce choix. La France ne me manque pas. Je n’ai encore jamais eu de coup de blues vis-à-vis de ça.
Pour l’instant, je ne compte vraiment pas rentrer en France (désolée Maman, lol). Je me sens comme à la maison ici : la mer, le soleil, des gens chaleureux… Et j’aime trop mon job, c’est vraiment un plaisir de se lever chaque matin et de commencer une nouvelle journée !

 

Quelles ont été tes opportunités professionnelles sur place ? c’est plus facile de lier des contacts et d’avoir des propositions ici ?

Comme j’ai dit les Australiens t’offrent beaucoup d’opportunités, cependant rien n’est tombé du ciel, lol. Je me suis bougée, ils ne sont pas venus taper à ma porte. Je suis allée postuler chez Fitnessfirst après avoir traduit mon diplôme français et mis à jour certains papiers. J’ai postulé et j’ai été prise et depuis tout s’enchaine. Aucun regret, c’est exactement tout ce que je voulais !

Tu t’es sentie comment lors de ton premier cours en anglais ?

Ahaha comment dire ? J’ai failli me faire pipi dessus ! Cela faisait moins d’un mois que j’étais arrivée avec mon petit niveau d’anglais. La responsable du studio me dit « dans une semaine je te laisse seule gérer le cours », un des cours les plus full de la semaine. J’ai répété et encore répété, dès que j’avais un moment je mettais mes écouteurs et je m’imaginais faire le cours. Je suis quelqu’un de perfectionniste, je cherche toujours l’excellence. Avoir ce point faible de la langue me rendait nerveuse et à la fois j’étais excitée de sortir de ma zone de confort. Maintenant après plusieurs mois, je commence à être plus à l’aise avec mes clients. Je suis même actuellement en train de passer la formation Lesmills Bodybalance pour pouvoir donner encore plus de cours.
 

« Je suis quelqu’un de perfectionniste, je cherche toujours l’excellence »

 

Une anecdote de frenchie à raconter?

Je ne me rappelle pas vraiment, mais les gens adorent mon accent et essaient de parler français avec moi. Ah si, j’ai constaté que tout le monde connait trois mots en français : « bonjour, baguette, fromage ».

Quelle est ta routine ?

Ma routine est plutôt intense : réveil 4h45 – 5h, départ au boulot 15 mn de marche, début des cours à 6h, généralement pause de 9h30 à 11h j’en profite pour aller m’entrainer… puis reprise du boulot. Parfois je peux finir à 8 p.m., cela dépend des clients… Chaque jour est différent parfois je vais commencer plus tard ou finir plus tôt. Mais en moyenne je tourne à 10 sessions de coaching chaque jour. Repos le week-end.

Au niveau nutrition ?

J’utilise beaucoup mon dimanche (j’y passe 2-3 heures) à cuisiner pour les 2/3 premiers jours de la semaine. D’abord des pancakes pour la semaine, que je congèle.

  • PANCAKES PROTEINES (750G)

    Les pancakes protéinés Superset Nutrition font leur grande entrée pour satisfaire les ultra gourmands et ceux qui veulent un apport en protéines dans une version pancakes moelleuse et délicieuse !

    Superset Nutrition

    Préparation en poudre pour pancakes

    L'avis du Team Fitadium

    Les pancakes protéinés Superset Nutrition font leur grande entrée pour satisfaire les ultra gourmands et ceux qui veulent un apport en protéines dans une version pancakes moelleuse et délicieuse !

    16,90 €

    18,90 €

Eh oui j’économise mon temps de sommeil, car quand je me lève à 5h, j’emporte mon petit déjeuner que je mange dans le train. Les gens qui me suivent sur insta peuvent le constater .

Je prépare aussi toutes mes portions de protéines que je congèle aussi. Idem pour les féculents etc…

Généralement je garde au frais lundi/mardi. Puis mercredi, c’est mon jour plus relax au travail, donc j’en profite pour cuisiner pour le reste de la semaine. C’est beaucoup d’organisation et d’énergie car quand je rentre à 8h du soir, je dois préparer toutes mes lunchbox pour le lendemain. Mais bizarrement j’adore toute cette organisation et mon rythme à 100 à l’heure.

Puis retour maison, manger, dodo assez tôt maintenant 9h30-10h et recommencer, lol.

Niveau entrainement, du lundi au vendredi, training muscu 3x jambes et 2x haut du corps & samedi plus basé cardio. Actuellement en prépa compet, j’ai 3 x 45 mn de cardio par semaine.

Ma diet c’est toute une organisation ! Etant en prépa pour une compétition de bodybuilding, j’ai des quantités à respecter au gramme près. Je passe quasi tous les jours 80% de ma journée à l’extérieur de chez moi. Mais comme je le dis toujours, quand on veut, on peut. On s’en donne les moyens. Les excuses de « je n’ai pas le temps », pour moi c’est un mensonge . Revois ta motivation ! Enfin bref je passe mes journées à réfléchir à ce que je dois racheter ou préparer pour les jours qui arrivent en fonction de mon emploi du temps.

Quel est ton nouveau challenge dans les mois qui viennent?

Ahaha oui, je suis toujours pleine de surprises (faut me suivre, lol). J’ai décidé pour différentes raisons de participer à mes premières compétitions de bodybuilding. Pourquoi ? Premièrement un nouveau challenge perso, c’est vraiment l’inconnu pour moi qui ai toujours fait des sports de performance. Je prépare une compet IFBB en catégorie fitness : c’est deux passages, bikini et routine de gym et une autre compétition ICN en fitnessmodel (passage en bikini). La prépa est très technique, c’est pourquoi j’ai pris un coach spécialisé dans ce milieu. Je m’entraine 6 jours/7 avec un suivi alimentaire très précis pour faire baisser le % de graisse et ne garder que la masse musculaire.

La deuxième raison est tout simplement pour me former à coacher par la suite mes clients pour ce genre de compétition. Mon coach me forme pour devenir un bon trainer dans ce milieu, c’est tout bénéfice !

Laurena lors de sa première compétition bikinii

Tu comptes faire quoi dans les 3 prochaines années ?

J’aimerais rester en Australie pour développer encore plus ce business, continuer à me former dans la nutrition et le training, développer mes projets.

Beaucoup d’opportunités ici, j’ai envie de tenter ma chance. Je suis une battante, je vais y arriver.

 

« A mes 40 ans j’aurais la vie que je voudrais avoir à ce moment-là. Pourquoi ? Parce que je m’en donnerai les moyens ! »

 

Tu te vois comment à tes 40 ans ?

A mes 40 ans, oh la là je n’y pense pas encore, même si je vois beaucoup de choses pour mes prochaines années. Je n’ai pas encore été aussi loin. Je vis au jour le jour. Objectif après objectif j’avance. Je sais juste une chose : à mes 40 ans j’aurais la vie que je voudrais avoir à ce moment-là. Pourquoi ? Parce que je m’en donnerai les moyens !

Merci Lauréna, pour te suivre c’est ici: https://www.instagram.com/laurena_fit/

 

Depuis cet interview, Laurena a remporté deux médailles d’Or Fitness IFBB & ICN 2019.

Share Button
(1 votes, Moyenne: 5,00/5)
Loading...

Ecrire un commentaire