Faut-il manger des graisses saturées ?

graisses saturées et santé

Et si la consommation de certains gras prévenait les maladies cardiaques ?

Un nouveau livre paru récemment va à l’encontre de toutes les règles diététiques qu’on nous impose depuis des années. Celles-ci ont décrété que les graisses animales et le cholestérol étaient jusqu’alors responsables de tous les problèmes cardio-vasculaires.

Mais d’où nous viennent ces règles ?
Les médias, la santé publique, les médecins affirment tous que vous devriez limiter votre consommation de graisses et de viandes animales. Un certain nombre d’études (arbitraires ) menées par exemple au début du 20° siècle sur des lapins ont montré que la consommation d’œufs faisait monter en flèche leur taux de cholestérol et les faisait mourir, mais même pas de maladies cardio vasculaires. Les lapins étant des herbivores, il n’est pas étonnant qu’ils aient mal supporté ce régime !
Un autre chercheur décida, dans les années 50, que les graisses saturées et le cholestérol étaient mauvais, en se basant sur des données de plusieurs pays qu’il a pourtant interprétées très librement.

Le constat est le suivant : autrefois nos grands-parents mangeaient beaucoup plus de beurre, de lard, d’œufs et de viande rouge que de nos jours, et pourtant leur génération n’était pas plus malade que celle d’aujourd’hui.
Au contraire, les graisses auraient peut-être des propriétés fort utiles et réduiraient même le risque de mortalité.
Les graisses saturées et le cholestérol sont impliqués dans divers processus cellulaires de votre corps, et s’en priver entraînerait plutôt des carences.

Diverses études montrent que l’augmentation de graisses saturées et cholestérol alimentaire est associée à de faibles taux de maladies cardiaques de diabète et d’AVC. Si la graisse saturée était si terrible, pourquoi notre corps convertirait-il l’excès de glucides alimentaires en graisses saturées pour les utiliser plus tard sous forme de carburant de réserve en cas de besoin ?
Le cholestérol est indispensable pour la formation des membranes de chacune des cellules de notre corps et se lie aux protéines, lesquelles permettent aux cellules d’interagir les unes avec les autres.

Le cholestérol est également utile pour la mémoire, fabriquant les connexions entre les neurones et facilitant l’apprentissage. Le cerveau contient 25% de cholestérol et de nombreuses fonctions de celui-ci en ont besoin. Les neurotransmetteurs du cerveau utilisent aussi les lipides pour transporter les signaux d’une cellule à l’autre.
Le cholestérol est également utile pour synthétiser les acides biliaires et donc permet la digestion des graisses alimentaires. Il est aussi nécessaire pour convertir la vitamine D qui est si précieuse pour la santé.
Le cholestérol est aussi un stérol (ou stéroïde) naturel et joue un rôle dans la régulation de la glycémie, la pression artérielle, l’équilibre minéral et les fonctions des hormones sexuelles.

Cette accusation injuste à propos des graisses saturées serait-elle infondée ? D’après un auteur qui a compilé tout ça, les études prouvant à quel point les graisses et le cholestérol sont liées aux maladies cardiaques sont peu nombreuses.
Les consommateurs n’ont aucune idée de la réalité sur le gras et sont perdus entre le bon et le mauvais gras qu’ils doivent consommer!

Chaque jour, la publicité nous abreuve avec son message light (pauvre en matière grasses) pour mieux nous vendre des tas d’additifs et … du sucre ! En effet, puisqu’il faut bien un coupable, ce ne serait pas la graisse dans notre alimentation qui provoquerait des maladies cardiaques, mais plutôt les sucres, les glucides raffinés, certaines huiles transformées et autres ajouts industriels.  Ceci expliquerait pourquoi les régimes pauvres en graisses combinés avec l’exercice ne suffisent pas toujours à faire maigrir les personnes en surpoids.

Cholesterol and Saturated Fat Prevent Heart Disease – Evidence from 101 Scientific Papers   by David Evans (Paperback – February 29, 2012) Paul O. et al, “A Longitudinal Study of Coronary Heart Disease” Journal of The American Heart Association 1963;28:20-31. I.D. Frantz Jr. et al.”Test of effect of lipid lowering by diet on cardiovascular risk. The Minnesota Coronary Survey.” Arteriosclerosis, Thrombosis, and Vascular Biology. 1989; 9: 129-135. Bermudez OI, “Dietary and plasma lipid, lipoprotein, and apolipoprotein profiles among elderly Hispanics and non-Hispanics and their association with diabetes.” Am J Clin Nutr. 2002 Dec;76(6):1214-21.
Serra-Majem L et al. “How could changes in diet explain changes in coronary heart disease mortality in Spain? The Spanish paradox.” Am J Clin Nutr. 1995 Jun;61(6 Suppl):1351S-1359S.. Lisa.C. Hudgins. “Effect of High-Carbohydrate Feeding on Triglyceride and Saturated Fatty Acid Synthesis” Exp Biol Med December 2000 vol. 225 no. 3 178-183. Photo santenatureinnovation.com

 

Share Button
(Pas encore de votes)
Loading...

Ecrire un commentaire