Drogué aux glaces

Même si on en est tous fans, cette étude, on ne peut plus sérieuse, a mesuré l’impact sur le cerveau de la consommation de glace. Les chercheurs se sont aperçus que les amateurs de glace étaient en fait complètement « addicts » puisque leur consommation devait augmenter sans cesse pour obtenir le même plaisir. Une sorte de toxicomanie à la glace serait donc révélée par cette étude ?

Le protocole mené par l’Oregon Research fut le suivant :
Les sujets adolescents, tous amateurs de glace, ont été soumis à un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires, sur les dernières semaines. Il ne devaient rien changer à leur repas mais être à jeun 5H avant l’examen de l’activité cérébrale. Deux groupes ont été comparés, l’un recevant d’abord une boisson sans goût, l’autre un milk shake glacé au chocolat, et ceci, en alternance.
On a mesuré leur masse grasse, leur envie de nourriture et l’activation du faisceau de la récompense ou du plaisir qui mène à la répétition de l’action agréable (dans ce cas : le plaisir associé au milk shake). Les zones de récompense du cerveau se sont activées lors de la consommation de glace, mais les chercheurs ont constaté que chez les gros consommateurs de glace, cette zone s’activait beaucoup moins facilement.
Cela expliquerait sans doute les phénomènes d’accoutumance aux repas caloriques et sucrés qui conduisent les personnes souffrant de surpoids à consommer toujours plus de nourriture pour ressentir de la satisfaction.

En attendant, plus vous consommez de glaces, plus vous aurez envie d’en consommer… Une bien jolie manie, et une addiction peu grave, et excusable puisqu’elle s’accorde si bien avec le début des grosses chaleurs.

Am J Clin Nutr doi: 10.3945/ajcn.111.027003 April 2012. Frequent ice cream consumption is associated with reduced striatal response to receipt of an ice cream–based milkshake. Kyle S Burger and Eric Stice. Photo gourmetdelerabliere.com

 

Share Button
(Pas encore de votes)
Loading...

Ecrire un commentaire