Pour maigrir, faites croire à votre corps qu’il a déjà mangé …

Tromper la faim ? Pas si simple, car la méthode Coué qui consiste à se répéter une phrase comme un mantra pour s’en persuader ne fonctionne pas lorsqu’on a l’estomac qui crie famine et que l’on désire perdre du poids.

Une équipe de chercheurs dirigée par le Pr Evans, directeur du laboratoire Salk’s Gene Expression, semble avoir trouvé la solution : ils ont mis au point un composant : la fexaramine qui agirait comme un repas imaginaire. Cette pilule tromperait le corps et provoquerait les mêmes signaux déclenchent les processus métaboliques qu’un repas, obligeant le corps à faire de la place aux nouvelles calories qui arrivent en brûlant des calories et déstockant.

Une pilule trompe la faim

Cette expérience menée sur deux groupes de souris obèses pendant 5 semaines, dont un groupe traité à la fexaramine, a montré que celles-ci arrêtaient de prendre du poids et commençaient à en perdre, tout en ayant un cholestérol et un taux de glycémie plus faible que l’autre groupe. On a également observé chez ces souris une élévation de la température du corps, qui témoigne d’une activation du métabolisme, chargé de brûler les graisses.

Cette découverte publiée dans le journal Nature Medicine en janvier 2015 pourrait être un pas en avant dans le combat pour l’obésité, notamment aux USA où plus d’un tiers des adultes souffrent d’obésité et 29 millions de personnes sont diabétiques, d’après le Centers for Disease Control and Prevention.

Ces études devront encore être appliquées à l’homme pour être certain des résultats, mais la différence de celle molécule développée par Ronald Evans est qu’elle ne se dissout pas dans le sang mais passe par la paroi de l’instestin, ce qui diminue d’autant plus le risque d’effets secondaires.

La plupart des laboratoires pharmaceutiques ont cherché à développer des formules agissant sur  des processus divers au niveau des principaux organes, alors que Evans s’est concentré sur le récepteur Farensoid-X  FXR qui s’active pile au moment des repas et commence à agir sur la libération des acides biliaires du foie, la digestion des graisses et le système de stockage des sucres et des graisses, en l’activant seulement au niveau des intestins.

Selon lui, il suffit d’activer le tout premier mécanisme, pour que les autres suivent naturellement, un peu comme une course de relais.

La fexaramine faisant croire au corps qu’il a déjà consommé des calories pourrait être une piste très prometteuse pour le traitement de l’obésité dans les années qui viennent.

Source : Intestinal FXR agonism promotes adipose tissue browning and reduces obesity and insulin resistance
Authors: Sungsoon Fang, Jae Myoung Suh, Elizabeth Yu, Eiji Yoshihara, Sandra Jacinto, Yelizaveta Lukasheva, Annette R. Atkins, Ruth T. Yu, Michael Downes, and Ronald M. Evans of the Salk Institute for Biological Studies; Shannon M. Reilly and Alan R. Saltiel of the University of Michigan; Olivia Osborn, Denise Lackey, Bernd Schnabl, David A. Brenner, and Jerrold M. Olefsky of the University of California, San Diego; Alessia Perino and Kristina Schoonjans of the École Polytechnique Fédérale de Lausanne; Alexander Khvat of ChemDiv; and Sally Coulter and Christopher Liddle of the University of Sydney

Share Button
(8 votes, Moyenne: 3,13/5)
Loading...

Ecrire un commentaire