Protéines et satiété

Les protéines pas seulement réservées aux sportifs !

Les bodybuilders sont-ils encore une fois à l’avant-garde des progrès de la nutrition et de santé ?
La plupart de ceux qui consomment des protéines pour le sport le font pour la construction musculaire, à des moments-clés, entre les repas ou après l’entrainement, pour apporter un flux d’acides aminés nécessaires à leurs muscles, mais les industriels commencent à comprendre l’intérêt d’ajouter des protéines dans les aliments quotidiens.
Les consommateurs y trouveront davantage encore de bienfaits en termes de santé. Mais là où le marché des protéines prend tout son sens, c’est surtout dans le domaine du surpoids et celui de la satiété.

Les études scientifiques reconnaissent le rôle des protéines dans le maintien ou la réduction du poids et de nombreux régimes font la part belle aux poissons, protéines de lait, soja, protéines végétales…qui non seulement apportent bon nombre d’éléments nutritifs mais en plus favorisent le contrôle de l’appétit.
Des protéines au petit-déjeuner ou un petit-déjeuner riche en protéines mettent en route le processus de satiété et permettent d’éviter les grignotages entre les repas ou l’attrait pour les aliments gras, riches et sucrés. Ce fait est confirmé par une étude récente publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition démontrant que la protéine agit sur les envies de grignotage, et ce tout au long de la journée et qu’elle régule l’activité du cerveau responsable des fringales.

La consommation de protéines est donc une stratégie de contrôle du poids non négligeable, à tel point que remplacer les collations habituelles par des en-cas riches en protéines, améliore la qualité nutritionnelle globale de l’alimentation tout en activant les mécanismes de régulation de l’appétit.
Si cette étude ne fait pas de différence entre les protéines animales ou végétales pour la satiété, d’autres études antérieures ont apporté la preuve que les protéines de lait sont meilleures pour la construction musculaire.
Si le marché du surpoids continue d’exploser (il concernera plus d’1 milliard et demi de personnes en 2015), les produits minceur susceptibles d’aider ces personnes devraient encore se développer. De nombreux industriels s’engouffrent déjà dans la brèche et augmentent la teneur en protéines de leurs aliments. Une firme suédoise vient de lancer une protéine à faible IG (index glycémique), à base de protéines de lactosérum, d’oeufs et de pois, à consommer avant le repas pour limiter l’appétit.

Source foodnavigator.com, photo theoucafe.org

Share Button
(Pas encore de votes)
Loading...

Ecrire un commentaire