Le sexe avant le sport n’impacte pas les performances

Le sexe n'affecte pas les performances, c'est prouvé
Ce mythe « pas de sexe avant la compétition » a la vie dure dans les vestiaires. Et pourtant, il ne se justifie pas d’après cette revue d’études réalisée en Italie à Florence. Durant les derniers Jeux Olympiques de Rio, par exemple, il n’y a jamais eu autant de préservatifs distribués dans le village olympique (450.000). Alors, à moins que ce ne soit du sabotage, pas de risque pour vos performances. Car ce ne serait pas prudent d’inciter les athlètes à s’envoyer en l’air au lieu d’aller s’entrainer ! Et pourtant, il est d’usage depuis toujours chez les coachs et les athlètes de penser que l’abstinence peut augmenter la performance athlétique. Et ce, depuis l’Antiquité, Platon lui-même préconisant que les athlètes restent concentrés sur les épreuves. Selon la croyance, il est préférable de garder des réserves de testostérone pour avoir de l’agressivité sur le terrain et ne pas les gaspiller avant les compétitions.

 

Boostez vos réserves de testostérone

  • XENATEST HARDCORE (100Caps)

    XENATEST HARDCORE est le puissant booster hormonal de SUPERSET NUTRITION, conçu par des préparateurs physiques et coachs. il intègre les actifs les plus puissants pour créer une synergie et un environnement hormonal...

    Superset Nutrition

    Anabolisant Naturel Extrême

    L'avis du Team Fitadium

    XENATEST HARDCORE est le puissant booster hormonal de SUPERSET NUTRITION, conçu par des préparateurs physiques et coachs. il intègre les actifs les plus puissants pour créer une synergie et un environnement hormonal optimal pour développer rapidement de la masse musculaire.

    59,90 €

    75,00 €

 

En réalité, une analyse récente des données scientifiques sur le sujet par le Pr Laura Stefani, adjoint de Medecine du Sport, publiée dans  la revue Frontiers in Physiology montre qu’il n’en est rien. Parce qu’il n’y a aucune preuve scientifique que l’activité sexuelle de pré-compétition puisse avoir une influence négative sur les performances sportives.

En fouillant parmi des centaines d’études, on n’a pas pu trouver la moindre trace de vérité concernant cette croyance.  Les études retenues sur le sujet au nombre de neuf à peine, ont finalement montré que :

  • Les sujets d’études étaient presque tous des hommes (comme si les femmes n’étaient pas concernées!).
  • Or, justement, la force des athlètes féminines ne diminuait pas si elles avaient une relation sexuelle la nuit précédant l’épreuve.
  • La performance des marathoniens est directement proportionnelle à leur activité sexuelle, le sexe a donc plutôt un impact positif sur l’endurance. Il en est de même pour les sports de précision et de concentration comme le tir, le tir à l’arc…
  • Un rapport sexuel, sauf s’il intervient vraiment juste avant l’épreuve (moins de 2 heures avant n’affecte pas la performance), bien au contraire.
  • Les effets bénéfiques de l’activité sexuelle sur le plan psychologique, du mental ou de la détente physique n’ont pas été étudiés. Des facteurs de morale ou de culture peuvent également interférer. Or ces détails ont aussi leur importance sur le ressenti et le vécu des athlètes.

Ces conclusions sont bien la preuve que le sujet manque d’études documentées et qu’il s’agit en réalité plus d’histoire anecdotiques qui ont été rapportées que de véritable impact sur les performances sportives. Côté bodybuilding, l’activité sexuelle n’a pas vraiment de lien avec l’augmentation ou la baisse des performances physiques, car la variation de testostérone est moindre, ce qui n’a pas d’effet  sur la prise de muscle, mais influerait plutôt sur le mental, permettant de relâcher les tensions. Et quand un se sent un Dieu au lit, on l’est aussi sur le terrain, non ? Le sexe aurait peut-être même une action positive sur le rendement du fait de son effet relaxant et anti-stress. Chez certaines femmes, le sexe diminuerait aussi les courbatures !

En tout cas, si ça peut compter avant une compétition ou un en jeu important, avant un entrainement, la question ne se pose même pas ! Evidemment, s’il s’agit de toute une nuit de fête, de sexe et d’alcool, votre récupération va en pâtir et vous n’aurez pas votre quota de 8 heures de sommeil.

Pas de panique ! Si le jour « J » vous avez peur de manquer de pep’s, il est toujours possible d’opter pour un supplément booster de pré-entrainement  qui vous donnera un surplus d’énergie au bon moment.

Sources : Laura Stefani, Giorgio Galanti, Johnny Padulo, Nicola L. Bragazzi, Nicola Maffulli. Sexual Activity before Sports Competition: A Systematic Review. Frontiers in Physiology, 2016; 7 DOI: 10.3389/fphys.2016.00246. www.sciencedaily.com  Photo Shutterstock.com/Studio10Artur

Share Button
(1 votes, Moyenne: 5,00/5)
Loading...

Ecrire un commentaire