Abdos: Six-pack ou pack de bière?

Bière ou six-pack, faut-il choisir?

Etudier bière et abdos, il fallait y penser ! Voir si la bière est responsable des fameux « Beer belly » ou abdos Kronenbourg dont on l’accuse ? C’est une étude très sérieuse de 2009 publiée dans l’European Journal of Clinical Nutrition qui s’y est collée. Cette étude n’est certes, pas des plus récentes. Mais la question se pose régulièrement, notamment lors de fêtes ou de la fameuse St Patrick. Et elle l’affirme, c’est non! Et pourtant pas moins de 20.000 Allemands, amateurs de bière par excellence, ont été testés. L’idée était de démontrer  que la fameuse bouée abdominale ne dépend pas de la bière. Et pour cause le breuvage doré fait grossir… de partout ! Si la plupart des possesseurs d’un gros ventre sont des buveurs de bière, tous les buveurs de bière n’ont pas un gros ventre. Bière et abdos ? Des chercheurs très sérieux de l’Université de  Göteborg sont allés vérifier par eux-mêmes. L’étude ne dit pas combien de litres de bière ils ont eux-mêmes descendus pour en arriver à cette conclusion…

La bière ne fait pas prendre que du ventre

Selon les premiers résultats obtenus avec mesure du tour de taille et de hanches, poids et taille, la bière ne fait pas prendre particulièrement de la graisse abdominale. Par contre, elle est responsable d’une prise de poids globale, et d’une accumulation de graisse sur tout le corps. Et ceci, tant chez les hommes que chez les femmes qui en consomment aussi. La consommation estimée se situe entre 250 ml par jour en moyenne chez les femmes et jusqu’à plus d’un litre chez les hommes, considérés comme de gros buveurs. Tous les buveurs de bière dans le monde ont tendance à avoir un gros ventre, surtout s’ils sont de sexe masculin et encore plus en prenant de l’âge.

 

Limiter les dégats sur les abdos

  • Programme Spécial Abdos

    Ce programme possède à la fois une action sculptante et d'activation de combustion. Il a été spécialement conçu pour accélérer l'élimination des graisses et attaquer globalement et radicalement les graisses stockées...

    Superset Nutrition

    Programme sur 3 semaines

    L'avis du Team Fitadium

    Ce programme possède à la fois une action sculptante et d'activation de combustion. Il a été spécialement conçu pour accélérer l'élimination des graisses et attaquer globalement et radicalement les graisses stockées avec une double action interne et locale qui remodèle visiblement la ceinture abdominale. 

    49,90 €

    60,50 €

Mais elle fait grossir si on cumule les excès

S’ils prennent du ventre, toutefois, c’est avec un embonpoint généralisé. De plus, le lien bière et abdos ne se vérifie que chez une partie de la population. Comme il s’agit d’études basées surtout sur le déclaratif, il est difficile d’avoir des données sûres. D’ailleurs, ceux qui consomment de la bière sont sans doute aussi les mêmes qui ont un bon coup de fourchette, les deux allant ensemble.

Quand on boit un verre avec des copains, on ne compte pas vraiment les calories. Du coup, on n’est pas très regardant sur la qualité de la nourriture du type chips/pizza. C’est donc le total des calories (trop de nourriture, de sucre, d’alcool) et non la bière qui serait incriminée dans la prise de poids. L’alcool en général (et donc la bière) ferait grossir mais n’est pas le seul coupable. Surtout, ce qui se passe, c’est que le foie métabolise l’alcool et non la graisse, ayant pour conséquence de faire stocker le surplus de graisse. Cela favorise l’excès de gras en général. De plus, les buveurs de litres de bière ne sont en général pas hyper sportifs et peu portés sur l’activité cardio. Ce n’est pas le cas de ceux qui boivent une bière, après la sortie vélo entre amis, seulement une fois de temps en temps. Quant aux abdos « kro », ils n’existeraient pas, puisque qu’ils ne sont pas forgés uniquement aux 6-packs de bière ! Mais il est clair que la prise de poids sur la zone abdominale est la zone de stockage privilégiée chez les hommes. Chacun sa faiblesse, tout comme les femmes stockent dans les cuisses et les fesses. A quand une autre étude ? Des volontaires ?

Sources: European Journal of Clinical Nutrition (2009) 63, 1143–1149; doi:10.1038/ejcn.2009.39; published online 24 June 2009. Futurasciences.com

Share Button
(3 votes, Moyenne: 4,33/5)
Loading...

Ecrire un commentaire