Le vélo, rien de tel pour réduire le gras !

Le vélo de plus en plus  populaire en ville

Les personnes adultes qui se déplacent à vélo ont un pourcentage de masse grasse et un indice de masse corporelle inférieur à ceux qui se déplacent en voiture. Ceci n’est guère surprenant, mais ce qui l’est plus c’est que le vélo est supérieur à la marche en termes de bénéfices santé. En suivant plus de 150.000 individus hommes et femmes, lors d ‘une étude de masse à l’aide d’une base de données portant sur plus de 500.000 participants britanniques âgés de 40 à 69 ans, les scientifiques britanniques de la London School of Hygiene and Tropical Medecine ont observé qu’un mode de transport actif est très profitable au plan de la santé.

Les différences les plus importantes ont été relevées entre les personnes se déplaçant en vélo et celles se déplaçant en voiture. Pour un homme moyen, l’avantage se mesure en termes de perte de kilos (environ 5kg en moins pour celui qui choisit le vélo comme mode de transport). Et chez les femmes cela représente environ 4.4 kg en moins pour celle qui choisit les joies du vélo. On constate également un taux de graisse réduit de 2,75 % pour les hommes et de 3,26 % pour les femmes.

Juste après le vélo, la marche à pied a été le mode de transport associé une baisse du pourcentage de graisse, comparativement toujours aux usagers de la voiture, mais derrière les amoureux de la petite reine. Vélo et marche sont tous deux associés à une réduction significative du pourcentage de graisse et de l’IMC sur des distances relativement importantes.

Ceux qui utilisent les transports en commun ont également un taux de graisse plus faible que ceux qui utilisent exclusivement la voiture, sans doute due au fait qu’ils sont forcés d’alterner marche et transports en commun. Ces différences en terme d’IMC et de taux de graisse ont bien sûr été constatées sans autres facteurs pris en compte. Chez les britanniques il y a une grande majorité d’usagers (64% d’hommes et 61% de femmes) se rendant au travail en voiture, contre seulement 24% de femmes et 23% d’hommes utilisant le vélo ou la marche à pied.

Ce qui est sûr c’est que ceux qui privilégient le vélo ont un mode de vie plus actif et s’en tirent mieux que les sédentaires, au niveau des risques pour la santé, qui augmentent avec l’obésité. En tout cas mieux vaut marcher ou pédaler que de prendre sa voiture et même un mix des trois est préférable à un mode de transport exclusif motorisé.

 

Pour vous aider a perdre encore plus de gras

  • Programme Sèche Extrême

    L'efficacité de ce programme réside dans la synergie maximale de 3 puissantes formules complémentaires. Chez l’homme, le tissu graisseux étant essentiellement composé de triglycérides, on commencera par attaquer les...

    Superset Nutrition

    Programme sur 4 semaines

    L'avis du Team Fitadium

    L'efficacité de ce programme réside dans la synergie maximale de 3 puissantes formules complémentaires. Chez l’homme, le tissu graisseux étant essentiellement composé de triglycérides, on commencera par attaquer les graisses de l'intérieur avec une intensité croissante, à l’aide d'un puissant brûleur de graisses aux actions multiples associé à une version spécifique de la carnitine. Puis, on accélère au maximum la sèche en introduisant une formule permettant de réduire radicalement l’excès d'eau et intensifier la perte de poids. L'affutage est maximum !

    69,90 €

    85,00 €

 

Comme les gens ont de moins en moins de temps de faire du sport ou l’envie de se bouger, durant leurs loisirs, un mode de transport actif réduit les risques de mortalité dus à l’inactivité physique. De plus ce type de déplacement à intensité modérée pour se rendre au travail ne favorise pas une transpiration excessive, ni de risque cardiaque et convient à tous.

Le choix du vélo comme moyen de transport est donc un moyen très efficace de garder la ligne ou de perdre du gras. Il ne reste plus qu’à aménager nos routes en conséquence pour permettre au plus grand nombre d’en profiter !

Sources : Ellen Flint, Steven Cummins.Active commuting and obesity in mid-life: cross-sectional, observational evidence from UK Biobank. The Lancet Diabetes & Endocrinology, 2016; DOI: 1016/S2213-8587(16)00053-X

Share Button
(1 votes, Moyenne: 5,00/5)
Loading...

Ecrire un commentaire