Le sucre bien pire que le gras au régime

le sucre est pire que le gras pendant les régimes

On n’a cessé pendant des années de diaboliser les graisses et de prôner des régimes sans gras. Au contraire, aujourd’hui elles sont définitivement réhabilitées face au sucre grâce à une étude à large échelle.

Les chercheurs ont analysé l’alimentation de plus de 135.000 personnes issues de 18 pays différents et dans plusieurs tranches d’âge, pendant 7 ans. Ils se sont aperçus que trop diminuer les graisses augmentait le risque de mortalité. Les régimes riches en sucres et pauvres en graisses étaient au final beaucoup plus dangereux que les régimes comportant surtout des graisses.

Une addiction mondiale

Limiter le sucre évite la prise de poids ou facilite la perte de kilos et pourtant la plupart des gens tirent leurs calories des glucides pour moitié. Encore plus en Chine, Afrique et Asie du Sud où un quart des gens consomme 70% de glucides dans leur assiette. Il existe d’ailleurs une véritable addiction au sucre, bien plus terrible que les drogues et qui touche un maximum de personnes!

En observant simplement les accidents cardio-vasculaires et les décès sur cette période, les chercheurs ont remarqué une corrélation entre les gros consommateurs de glucides et les décès (risque augmenté de 28%).

Pour autant, les populations consommant très peu de graisses saturées ne sont pas forcément mieux loties car le risque de décès est élevé aussi. Bizarrement les personnes consommant 35% de graisses dans leurs apports énergétiques voient leur risque de décès diminué de 23% et leur risque d’AVC réduit de 21%.

Réduire le sucre plus bénéfique que réduire les graisses

Attention donc en cas de régime strict de ne pas descendre en dessous d’un apport en graisses inférieur à 10%. Car il n’y a aucun bénéfice à réduire davantage les apports et même un risque.

Une étude récente publiée dans le journal Annals of Internal Medicine a montré les effets d’un régime pauvre en glucides sur la prévention des maladies cardiovasculaires chez 148 américains obèses.

On les a soumis sur le long terme, soit à un régime pauvre en sucres (<40g par jour), soit à un régime pauvre en graisses (<30% des apports). Cette expérience a été menée sans compter le nombre total de calories, ni imposer d’activité physique.

En surveillant les sujets à intervalles réguliers à 3, 6 et 12 mois, les mesures ont montré une perte de poids supérieure (-3,5kg) chez le groupe soumis au régime faible en glucides, ayant suivi le régime jusqu’au bout, comparativement au groupe suivant le régime faible en lipides. On a également enregistré une diminution de leur IMC et des facteurs de risque cardio vasculaires.

Le sucre responsable

Cela montre bien que ce sont les glucides qui sont responsables de la prise de poids. Toutefois la réduction du tour de taille mesurée était supérieure pour le groupe ayant consommé moins de graisses.

Eliminer la graisse abdominale

#Fitadium
Superset Nutrition
PROGRAMME SPECIAL ABDOS

Associer une quantité modérée de graisses à un faible apport de glucides est la solution la plus saine et la plus efficace pour conserver un poids santé. Les recommandations des nutritionnistes se basent d’ailleurs en général sur un ratio de 55% glucides/35% graisses/15% protéines.

Cela prouve une fois de plus qu’un régime pauvre en sucres est bien plus efficace à la fois pour maigrir et pour rester en meilleure santé. Pour autant cela ne nous autorise pas à augmenter grandement la part des aliments gras.  Même si le gras est à la mode dans la nourriture, il faudra toutefois éviter certains gras et notamment les gras trans, surtout si on veut limiter le stockage abdominal et garder une taille fine.

Sources: futurasciences, Université McMaster (Ontario, Canada), The Lancet.  Claire E Berryman, Jennifer A Fleming, Penny M Kris-Etherton. Inclusion of Almonds in a Cholesterol-Lowering Diet Improves Plasma HDL Subspecies and Cholesterol Efflux to Serum in Normal-Weight Individuals with Elevated LDL Cholesterol. The Journal of Nutrition, 2017; 147 (8): 1517 DOI: 10.3945/jn.116.245126. Effects of Low-Carbohydrate and Low-Fat Diets: A Randomized Trial Lydia A. Bazzano, MD, PhD, MPH (*); Tian Hu, MD, MS (*); Kristi Reynolds, PhD; Lu Yao, MD, MS; Calynn Bunol, MS, RD, LDN; Yanxi Liu, MS; Chung-Shiuan Chen, MS; Michael J. Klag, MD, MPH; Paul K. Whelton, MD, MSc, MB; Jiang He, MD, PhD. Effects of Low-Carbohydrate and Low-Fat Diets: A Randomized Trial Associations of fats and carbohydrate intake with cardiovascular disease and mortality in 18 countries from five continents (PURE): a prospective cohort study.

Noter l'article
(2 votes, Moyenne: 5/5)
Le sucre bien pire que le gras au régime
On n’a cessé pendant des années de diaboliser les graisses et de prôner des régimes sans…
5 sur 5 2 votes
#coach
#1
N'essaie pas d'être parfait, essaie juste d'être meilleur qu'hier
#2
Les champions s'entrainent, les loosers se plaignent
Régime sans sucre : Effet de mode ou réels intérêts ?