Un seul week end de Junk food ruine le régime

Cheat meal, peut-on craquer ?

On sait qu’un régime est dur à tenir et demande de tricher certains jours pour pouvoir résister le reste du temps. Mais tricher ne veut pas dire manger n’importe quoi et se lâcher totalement sur la malbouffe. Dans le cadre d’un régime qui marche, la triche est nécessaire à condition qu’elle ne porte que sur un seul repas ou un seul aliment, voire une seule journée, si on est raisonnable.

L’effet de tout un week-end de junk food peut bouleverser notre flore intestinale, autant que le ferait un mauvais régime alimentaire permanent, selon une étude australienne réalisée à l’University of New South Wales (UNSW) et publiée dans la revue Molecular Nutrition and Food Research.

Ce qui explique le mauvais fonctionnement des régimes mal suivis et le fameux effet yo-yo néfaste à la perte de poids.

Notre système digestif comprend 100.000 milliards de bactéries, et une flore intestinale perturbée est associée à des problèmes de santé, de maladies de l’intestin jusqu’à l’obésité. Le microbiote intestinal influence grandement le poids et un régime alimentaire désorganisé le week end pourrait perturber le métabolisme autant que l’assimilation de la nutrition et le système immunitaire.

 

Refaire votre flore avec les probiotiques

  • ACIDOPHILUS PROBIOTIC (100 Caps)

    Acidophilus est un complexe de pro biotiques permettant notamment d’assimiler plus de protéines au niveau de l’intestin et de réduire les inconforts digestifs liés à une consommation importante de protéines. Idéal...

    Natrol

    Permet une digestion optimale

    L'avis du Team Fitadium

    Acidophilus est un complexe de pro biotiques permettant notamment d’assimiler plus de protéines au niveau de l’intestin et de réduire les inconforts digestifs liés à une consommation importante de protéines. Idéal pour une prise de masse ou en sèche pour obtenir un ventre plat et un intestin assaini.

    7,90 €

    9,90 €

 

Cela a été démontré sur des rats exposés à une mauvaise alimentation. Les rats divisés en deux groupes ont été soumis pendant 16 semaines, soit à un régime de malbouffe permanent, soit à un régime alternant alimentation contrôlée et malbouffe riche en sucres et graisses (4 jours/ 3 jours), par rapport à un groupe de contrôle ayant un régime sain. Leur métabolisme a été examiné et mesuré : poids, masse grasse, insuline et leptine en cours d’étude et au terme des 16 semaines.

Les rats ayant un régime alternant nourriture saine et nourriture riche ont vu leur poids corporel augmenter de +18%, leurs niveaux de leptine et d’insuline sont supérieurs au groupe sain mais restent inférieurs au groupe malbouffe. On constate également une baisse de la fonction protectrice de la flore intestinale. Le plus remarquable est la totale désorganisation du régime alimentaire qui augmente de 30% avec ce lâchage incontrôlé. Une fois revenus à une alimentation saine, ces rats ne consomment plus que 50% de l’apport alimentaire par rapport aux rats restés au régime sain. C’est exactement ce qui est constaté avec l’effet yo-yo du régime.

L’effet yo-yo s’observe dès 3 jours de mauvaise alimentation, sur la flore intestinale qui devient très vite proche de celle d’un sujet mal nourri en permanence. On connaissait déjà l’importance du microbiote sur la santé en général, le métabolisme et le maintien du poids, cette étude vient le confirmer une fois de plus.

Morale de cette histoire : un cheat day, ça va, 3… bonjour les dégâts !

Source: Molecular Nutrition and Food Research 19 Jan, 2016DOI: 10.1002/mnfr.201500815 Alternating or continuous exposure to cafeteria diet leads to similar shifts in gut microbiota compared to chow diet. Photo shutterstock/Lightspring

Share Button
(1 votes, Moyenne: 5,00/5)
Loading...

Ecrire un commentaire