Antoine, un coach sportif qui s’implique

Antoine Lutrand, coach sportif

Voici l’interview d’Antoine, un jeune hyperactif qui a soif d’apprendre et de progresser. C’est donc naturellement pour canaliser son énergie qu’il est devenu coach sportif, mais pas seulement. Les journées de 24 heures sont bien courtes pour lui. Il allie le corps et l’esprit dans une philosophie de vie toute personnelle.

Antoine, jeune coach nous parle préparation physique, nutrition sportive et philosophie de vie

Raconte-nous ton histoire

HEYY, moi c’est Antoine, j’ai 22 ans et dans la vie baah.. J’AIME FAIRE beaucoup trop de choses…

Non, je te jure c’est un vrai problème, car j’aimerais avoir un temps illimité pour apprendre de partout, tant il y a de domaines qui m’intéressent. Bon, il y a quand même un domaine qui me passionne plus que tout, puisque je suis un grand amoureux de sport, et de tous les aspects qui peuvent graviter autour.

J’ai décidé d’en faire mon métier en partageant sur internet cette passion, mes connaissances, mes découvertes et ma philosophie de vie basée sur la recherche de progression, quel que soit le domaine de manière générale. Pour cela, tu peux me suivre sur ma chaine YouTube : Human Potential – Antoine LUTRAND, sur Instagram : @antoinelutrand et très prochainement sur mon site internet que je vais remettre tout doucement au goût du jour et dans lequel je prévois de partager pas mal de contenus à l’avenir.

J’exerce aussi en tant que Personal Trainer.

Depuis quand pratiques-tu une activité sportive ?

Oulah, la question à poser serait plutôt « quand n’en ai-je pas pratiqué ?
Non, sans rire j’ai toujours fait du sport. Depuis tout petit mes parents m’ont emmené sur le terrain. Mon premier sport en club, c’était à l’âge de 6 ans, du Football (comme 90% des garçons je pense). Ensuite, j’ai fait 1 an de Judo, 7 ans de Triathlon et je commence ma 9ème année d’athlétisme. Cela fait 1 an que je fais de la musculation en parallèle, et cela prend de plus en plus de place dans ma vie.

Comment en es-tu venu à choisir l’athlétisme ?

Presque du jour au lendemain…  J’ai toujours été un compétiteur dans l’âme. Après plusieurs championnats de France en Triathlon, je devais encore augmenter mon volume d’entrainement pour espérer faire mieux que de la figuration. Le nombre d’heures passé à m’entrainer dans les 3 disciplines, tard le soir, souvent seul, en plus des cours, à 16 ans était devenu compliqué. Je me rappelle que j’avais 33h de cours + environ 12/13h d’entrainement sans compter le travail à la maison. Tous mes amis faisaient de l’athlétisme à cette époque, ça m’amusait vraiment d’aller m’entrainer avec eux.

A la fin de ma saison de triathlon, qui était très loin de mes attentes, mes amis m’ont « chauffé » pour essayer la piste, et j’ai tenté un 800m. J’ai tout de suite performé alors que je ne préparais pas du tout cette discipline. L’aventure a commencé !

Antoine Lutrand sur la piste d'athlétisme

Quelle est ta spécialité ? Peux-tu nous en dire plus sur cette discipline ?

Ma spécialité c’est le 800m. Je fais aussi un peu de 400m dans ma préparation car c’est une discipline complémentaire. Et j’ai une vitesse naturelle qui me permet de performer aussi sur 400m. J’ai le profil de coureur 400/800 pour les puristes. Ces 2 disciplines sont très éprouvantes physiquement puisqu’elles génèrent beaucoup de ce fameux « acide lactique » qui te brûle et paralyse les muscles en fin de course. Cela requiert un parfait équilibre entre vitesse et endurance.

Cependant, ces 5 dernières années ont été compliquées pour moi. J’ai enchainé beaucoup (trop) de blessures. Beaucoup de période sans possibilité de faire du sport, et un ratio de 50% sur le terrain pour 50% dans le canapé… Pas TOP pour un mec qui aime la compétition. Au début c’était facile de revenir à mon niveau, mais c’est devenu de plus en plus compliqué à force d’accumulation ! Et ma pratique sportive a dû s’adapter et très nettement évoluer.

Quels doivent-être tes points forts (vitesse, explosivité…) ?

Mon réel point fort c’est la résistance

Mon réel point fort c’est la résistance. J’ai vraiment eu cette chance d’avoir une capacité naturelle à pouvoir continuer de produire un effort même submergé par « le lactique ». Je mets des «  » car en bon professionnel, on doit savoir qu’en réalité ce n’est pas l’acide lactique en lui-même qui est responsable de tout cela.

Je dois avouer qu’avec toutes les péripéties qui me sont arrivées ces dernières années, j’ai plus de mal aujourd’hui. Mais le corps à une mémoire impressionnante, et je n’ai pas de doute sur le fait que tout ça, va revenir progressivement avec un entrainement adéquat. Il faut savoir être patient.

Et quels sont tes points faibles ?

Mes points faibles : la vitesse maximale et l’explosivité. Je ne suis vraiment pas rapide sur 100/200m. J’ai vraiment à cœur de progresser là-dessus à l’avenir. L’entrainement en vitesse et le travail de toutes les qualités physiques qui y sont associées m’attirent vraiment. Et pas uniquement pour l’athlétisme.

En quoi consiste ta préparation physique ?

Ça fluctue beaucoup en fonction des périodes, et du cycle de travail dans lequel je me trouve. Ces dernières années, le travail a énormément changé dû au contexte particulier que j’ai évoqué précédemment, et continuera d’évoluer selon les objectifs que je me fixe. Je ne sais pas de quoi sera fait l’avenir et je délaisse de plus en plus la course à pied car d’autres choses m’attirent aussi. J’arrive probablement à une période de transition.

Je ne sais pas de quoi sera fait l’avenir et je délaisse de plus en plus la course à pied car d’autres choses m’attirent aussi

Actuellement, si je dois donner une semaine type ça serait celle-ci :

  • Lundi : Musculation type Force
  • Mardi : Séance course à pied à dominante technique vitesse
  • Mercredi : Musculation type renforcement/circuit training
  • Jeudi : Séance course à pied +spécifique
  • Vendredi : Musculation Type Force
  • Samedi : Repos/Récupération active à base de mobilité/automassage
  • Dimanche : Séance course à pied aérobie

A quel rythme pratiques-tu la musculation ?

Je fais actuellement 3 séances de musculation/semaine.

Ce que j’y fais varie en fonction des périodes: (ForceMax/SubMax/Excentrique/Isométrique, Force Explosive, Vitesse gestuelle…)

Antoine Lutrand en pleine séance de musculation

Ton activité de coach sportif te permet-elle d’être autonome sur ta préparation ?

Je suis tenté de dire OUI et NON. Depuis septembre, je gère désormais mon entrainement seul, car j’ai un peu laissé de côté l’aspect compétition pour me concentrer sur d’autres projets. Ce n’est pas forcément l’idéal car je suis parfois trop exigeant avec moi-même, et il faut savoir gérer tout ça. Mais il faut aussi savoir faire avec les moyens à sa disposition.

J’aime bien dire que je suis mon premier laboratoire de tests

Je reste tout de même avant tout passionné par les sciences de l’entrainement de manière générale, et ça me plait énormément de construire mon programme. J’aime bien dire que je suis mon premier laboratoire de tests. A tort ou à raison d’ailleurs, mais j’apprends énormément comme ça, et ça me permet de sans cesse faire évoluer ma philosophie de l’entrainement.

Si non, quel rôle joue ton coach sur le plan physique, mental ?

Du coup, si je repartais sur un objectif de compétition, mon coach aurait à minima ce rôle de spécialiste de la course à pied, gérant la programmation et l’aspect technico-tactique.

Je recommande à tout athlète ayant un objectif de compétition d’être suivi par un coach extérieur

A ce sujet, je recommande à tout athlète ayant un objectif de compétition d’être suivi par un coach extérieur.

Tu as l’air de nature plutôt joviale et dynamique, comment te canalises-tu pendant les entraînements ?

Il y a un temps pour tout, l’entrainement c’est l’entrainement, et quand ça doit chauffer : plus le temps de rigoler !

En effet, j’aime bien plaisanter… ! Personne ne pourra jamais imaginer toutes les conn***** qu’on a pu faire avec mes amis à l’entrainement étant plus jeunes. Nos entraineurs ont parfois râlé pour nous canaliser, mais on a toujours eu ensemble, cette capacité à être sérieux quand la séance se corsait. Il y a un temps pour tout, l’entrainement c’est l’entrainement, et quand ça doit chauffer : plus le temps de rigoler !

A présent c’est beaucoup plus facile, je m’entraîne quasiment toujours seul. Ce n’est pas très drôle parfois, mais au moins je ne risque pas de me raconter des bêtises à moi-même ! Et quand ça arrivera, il sera peut-être temps d’envisager un internement…

D’ailleurs, si parmi les lecteurs, certains veulent me tenir compagnie lors d’un entrainement, vous serez toujours les bienvenus !

Et pour la diète, stricte ou pas ? Comment gères-tu ?

Mon maître mot pour la DIET c’est la Flexibilité !

LA QUOI ?? La flexibilité ! Oui oui je t’explique tout ça dans cette partie un peu longue de cette interview car c’est peut-être le point qui me tient le plus à cœur.

Les gens ont tendance à cloisonner le fait de manger ce qu’ils veulent et d’avoir un TOP PHYSIQUE en BONNE SANTÉ. Moi le premier, il y a encore quelques mois… C’est une erreur et c’est dommage à mon sens. D’autant que le monde du Fitness et de la remise en forme tend de plus en plus à accentuer cet état d’esprit…

Personnellement, la nourriture c’est avant tout un plaisir. Bien sûr c’est un besoin primaire, car pour vivre on doit se nourrir. Mais cela reste un plaisir que l’on se fait à soi, en dégustant de bons petits plats, en découvrant de nouvelles saveurs, en faisant virevolter ses papilles gustatives !

C’est aussi un plaisir que l’on peut partager avec ses proches, au restaurant, lors d’un barbecue, d’une fête d’anniversaire, d’un mariage, des fêtes de fin d’année, de Pâques, ou le dimanche en famille autour d’une bonne spécialité, et qui se termine bien souvent par un gâteau confectionné par sa grand-mère, dont elle seule a le secret.

Alors pourquoi se priver de ce plaisir-là, quand tu peux associer la liberté de manger en étant heureux, et en atteignant le physique de tes rêves ?! Personnellement j’ai fait mon choix, et bien d’autres l’ont fait avant moi.

Naturellement, il y a des aliments à privilégier plutôt que d’autres, des façons de les associer entre eux pour optimiser : ses résultats sportifs, sa santé, le sentiment de satiété, son bien-être…

Ou à l’inverse, des aliments à vraiment proscrire au maximum dans son quotidien car ils ont un effet délétère sur la santé, sur le métabolisme, notamment l’activité thyroïdienne et aussi l’accroissement des capacités musculaires, point essentiel de tout sportif qui se respecte.

Mais ça n’enlève rien sur le fait que, même en faisant attention à tout ça, on peut se faire plaisir en mangeant, et bien plus qu’on ne le pense.

Faut-il encore comprendre ce que l’on met dans son assiette et comment associer ces aliments pour permettre à notre corps et notre esprit de fonctionner de manière optimale.

Le nombre de personnes qui me disent « Antoine, je ne comprends pas, je mange sain, je mange «Healthy » et pourtant mon physique ne bouge pas, ou je n’arrive pas (ou plus) à progresser et atteindre mes objectifs !

Ou encore le nombre de personnes qui croient avoir une bonne alimentation car ils ont entendu ce conseil de leur ami, lu cet article dans un magazine, ou vu ce fameux reportage à la télévision…

Ces mêmes personnes qui, quand tu essayes de leur donner un conseil te répondent : Ouais mais regarde, je suis en bonne santé là !

C’est dans l’accumulation des choses que l’on voit des changements négatifs ou positifs. 20 ans de mauvaises habitudes, n’ont pas les mêmes effets que 60… Ce n’est pas pour rien que les personnes âgées ont plus de problèmes de santé, on met en général cela sur le dos du vieillissement, c’est surtout lié à l’accumulation.

L’alimentation est le besoin numéro 1 de notre vie, et devrait être une de nos préoccupations principales à mon sens. Avoir une vraie bonne alimentation aurait tellement d’impacts positifs à tous les niveaux : sportifs, professionnels, sociaux…

On devrait tous y être formé, et avoir cette conscience. Cela permettrait en plus de lutter contre énormément de problèmes liés à l’environnement.

C’est dommage car on ne nous l’apprend pas à l’école. Si ça t’intéresse, j’en parlerai un peu plus prochainement ici sur mon site internet : www.humanpotential.fr car j’ai un gros projet de ce côté-là. Je ne sais pas encore sous quel format cela sera présenté. Je me permettrai de demander la modification de cet article par l’équipe Fitadium, pour que tu puisses y avoir accès directement par un lien encore plus complet que celui-ci à l’heure actuelle. En attendant tu peux toujours me suivre sur Instagram et sur Youtube pour avoir accès à quelques infos, et surtout pour être tenu au courant une fois que tout ça sera mis en place.

Prends-tu des suppléments ? Lesquels et dans quel but ?

Yes ! Mais avant tout, je tiens à préciser qu’il me parait inimaginable d’envisager de prendre des compléments alimentaires, sans une alimentation équilibrée, complète et riche en micronutriments ! Sinon, ça ne sert à rien.

Un indispensable, c’est la Spiruline ! Pour ses vertus antioxydantes, sa riche concentration en vitamines et minéraux essentiels. Mais aussi pour le fer, et son rôle indispensable dans le transport de l’oxygène, si important pour le sportif.

Une supplémentation en vitamine D est aussi importante, surtout en hiver, parce que dans la région où j’habite le soleil se fait rare. J’ai malheureusement une tendance à carencer facilement en vitamine D. Aussi, j’essaye de prendre au maximum le soleil, c’est un super supplément naturel ! Là par exemple, pendant que je réponds à cette interview, je me suis posé sur une chaise en plein soleil aha !

Plus récemment, je me suis mis à consommer de la Créatine, de la Beta-Alanine et de la Glycine qui sont d’après mes sources, les seuls présentant un réel bénéfice pour la performance dans les efforts courts et intenses en athlétisme, ainsi que la musculation de manière générale.

Plus de performance

Cela en fait 2 compléments très complémentaires (très originale cette phrase).

La Créatine : une valeur sûre en terme de compléments, dont les effets sont étudiés et prouvés depuis des années. A la clé, gain de force, gain de muscles, et amélioration des performances lors d’efforts courts et intenses.

La Beta Alanine : pour son effet tampon sur l’acidité dans les muscles, permettant de maintenir une activité intense plus longtemps.

Cela en fait 2 compléments très complémentaires (très originale cette phrase).

L’anti courbatures

Enfin, la Glycine : pour ses effets sur la santé des articulations, de la peau, des ongles, des cheveux, pour son effet anti-vieillissement ou encore la stimulation de l’hormone de croissance. Mais aussi pour contrebalancer l’excès d’un acide aminé qu’on trouve dans la viande musculaire, j’ai nommé : la méthionine. D’ailleurs un petit complément en Glycine serait le bienvenue sur le site, l’équipe FITADIUM : entendez mon appel, aha !

Ces 3 suppléments auraient aussi des effets plus ou moins directs sur la perte de poids !

Enfin, j’aime consommer de la Whey en poudre pour compléter un apport éventuellement faible en protéines dans ma journée, et aussi parce que j’aime bien le goût ! (La protéine goût Nutella de chez Superset Nutrition est incroyable !!!!)

La whey gourmande

Depuis quand exerces-tu le métier de coach sportif ?

Cela va faire officiellement 6 mois que je me suis lancé en tant que Personal Trainer, mais aussi en tant que créateur de formations en ligne. J’ai vraiment ce désir profond de former les gens autour des aspects des sciences de l’entrainement, de la nutrition, et de la gestion des blessures à l’avenir. Pour leur permettre d’atteindre ce que j’appelle leur « plein potentiel ! ». Pour moi, le savoir est la clé de beaucoup de choses dans notre monde. C’est une réelle source d’épanouissement personnel, et aussi le moyen de nous prévenir vis à vis de certaines croyances, de certaines influences qui pourraient être négatives. Former les gens, les éduquer, les rendre intelligents, leur apprendre des choses pour améliorer leur vie et qu’ils deviennent autonomes par la suite, est pour moi une source de motivation beaucoup plus intéressante que le simple coaching. Bien évidemment, les 2 vont de pair, mais c’est cette voie qui m’inspire le plus et dans laquelle je mets énormément d’énergie au quotidien pour me développer professionnellement à l’avenir.

Former les gens, les éduquer, les rendre intelligents, leur apprendre des choses pour améliorer leur vie et qu’ils deviennent autonomes par la suite, est pour moi une source de motivation beaucoup plus intéressante que le simple coaching

Quel est ton meilleur conseil pour progresser ?

Cela rejoint clairement ce que je viens de dire juste avant. Quel que soit le domaine, dans la vie, je pense qu’il est important de se FORMER auprès de personnes plus compétentes que nous. Dans l’idéal, plusieurs personnes, pour s’exposer à des visions différentes.

Les connaissances s’acquièrent avec le temps. Il ne faut pas griller les étapes et vouloir tout, tout de suite, même si dans notre société on a cette tendance à tout vouloir le plus rapidement possible.

Le SAVOIR est le meilleur investissement qu’on puisse faire, c’est la plus grande richesse du monde

Une personne qui a 5, 10, 20, 30 ans d’expériences dans un domaine, va nous faire gagner énormément de temps lorsqu’on va l’écouter. Chercher à apprendre de lui, chercher à comprendre pourquoi on fait telle ou telle chose, et ne pas suivre bêtement ce que l’on nous raconte. Il faut avoir un esprit critique, et ensuite l’adapter avec nos propres feedbacks.

Le SAVOIR est le meilleur investissement qu’on puisse faire, c’est la plus grande richesse du monde.

INVESTIS en toi, dès maintenant !

Quels sont tes projets sportifs à court et moyen terme ?

A court terme, je dirais retrouver mon niveau physique et vraiment progresser en vitesse ! Ça passe évidemment par un gros travail en musculation. Cette année, je vais mettre en place un certain nombre de choses, on verra si ça va porter ses fruits…

A plus long terme : Continuer de progresser physiquement sans me blesser, ou du moins plus comme par le passé. Je n’ai pas envie de finir « cassé » à 40 ans… Quand on est jeune on a l’impression qu’il ne peut rien nous arriver, qu’on est invincible et qu’on peut faire n’importe quoi à l’entrainement. Alors évidemment cela va durer un temps, peut-être même 10 ans, car le corps humain est une véritable machine, il est incroyable de ressources pour s’adapter, pour trouver des moyens de résoudre, de contourner un ou des problèmes.

Je n’ai pas envie de finir « cassé » à 40 ans… Quand on est jeune on a l’impression qu’il ne peut rien nous arriver, qu’on est invincible et qu’on peut faire n’importe quoi à l’entrainement

Et c’est ça qui est traître, car on ne se rend compte de rien, et on n’écoute pas forcément ce qui se passe autour de nous, on occulte une partie des informations que des personnes plus expérimentées pourraient nous donner, et même celles que notre corps nous envoie.

Mais il y a une limite ! A force de trop accumuler, de trop puiser dans les capacités de notre corps, les problèmes surgissent. Continuer dans cette voie c’est aller droit dans le mur. Et c’est idiot, mais on fonctionne tous comme ça. C’est lorsqu’on a un problème qu’on cherche à le résoudre et qu’on se rend compte qu’on aurait pu l’éviter.

J’en ai fait les frais, mais maintenant j’en ai pris conscience malgré mon jeune âge, et c’est ce que je veux vraiment inculquer aux autres au travers de ma philosophie de l’entrainement.

Pour finir, ton mantra favori ?

Je suppose que par mantra, on entend une citation, une philosophie à laquelle on aspire ?!
Dans ce cas je dirais : « Un corps sain, dans un esprit sain ! »

Corps et esprit, les 2, font ce que nous sommes en tant qu’Homme avec un grand H

A mon avis, on ne peut pas envisager l’un sans l’autre. Corps et esprit, les 2, font ce que nous sommes en tant qu’Homme avec un grand H. Trouver une forme d’harmonie, d’équilibre entre les 2 sont les meilleurs moyens de vivre une vie épanouie, nous donnant envie de nous lever chaque matin, de réussir professionnellement, socialement et d’être en bonne santé.

Un Grand MERCI à toute l’équipe pour cette interview. Et pour les lecteurs, n’hésitez pas à aller voir mon travail sur Youtube, sur Instagram, et sur mon site. Me dire ce que vous en pensez, car pour moi la critique est importante pour que je puisse évoluer. J’aime aussi beaucoup discuter !

Noter l'article
(2 votes, Moyenne: 4/5)
Antoine, un coach sportif qui s’implique
Voici l'interview d'Antoine, un jeune hyperactif qui a soif d'apprendre et de progresser. C'est donc…
4 sur 5 2 votes
#coach
#1
Fais-le avec passion ou pas du tout
#2
Ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes, bien plus que nos capacités
#3
Prends soin de ton corps, c'est le seul endroit où tu es obligé(e) de vivre
Interview de Lauréna, coach fitness