Faut-il préférer les protéines sans aspartame ?

Cette question revient souvent et détermine le choix de certaines personnes en matière de protéines.

L’aspartame a longtemps été la bête noire en matière de santé. C’est un dipeptide utilisé comme édulcorant artificiel qui a très mauvaise réputation.
Rappelons que l’aspartame est l’édulcorant le plus utilisé au monde, on en trouve dans de nombreuses préparations industrielles, plats préparés ou boissons. Il est également présent dans la plupart des protéines, pour éviter l’ajout de sucre et permet de bénéficier des avantages d’une pure protéine de sèche tout en leur donnant un goût agréable.
Pourtant il existe de nombreuses études à son sujet qui n’ont pas mis en évidence un quelconque danger. Récemment l’EFSA a tranché, il n’existe aucune preuve de risque pour la santé. Cette étude suffit-elle à réhabiliter l’aspartame ?

Longtemps mis en doute par différentes études, l’aspartame fait l’objet d’attaques régulières au sujet de ses dangers, accusé notamment de provoquer des naissances prématurées ou d’atteintes au cerveau chez les rats.  L’EFSA a décidé d’y mettre fin en lançant une étude d’envergure sur l’aspartame afin de lever  les risques de manière définitive.
En tout cas aux niveaux actuels de consommation, c’est-à-dire pour une dose journalière de 40 mg par kg de poids,  il n’existe pas de risque pour la santé. Aucun lien donc n’est démontré entre l’aspartame et les risques de cancers, les dommages génétiques ou cérébraux, ni même sur le développement du fœtus.

Seules les personnes incapables de dégrader la phénylalanine contenue dans l’aspartame (souffrant de phénylcétonurie) doivent éviter d’en consommer
Il n’y a donc aucun danger à utiliser des protéines contenant de l’aspartame au quotidien dans des doses raisonnables. La seule chose qu’il faut avoir à l’œil est que le fait de consommer moins de sucre grâce à cet édulcorant ne vous donne pas droit à un bonus pour en consommer plus par ailleurs, surtout si vous êtes en période de sèche. Le but est principalement de réduire les calories, or en dissociant sensation de satiété et apport en sucre, les édulcorants auraient tendance à nous donner envie d’augmenter notre ration sucrée.

Pour les irréductibles, qui doutent encore, rappelons que Scitec a mis au point une protéine sans aspartame, mais à base de sucralose, reconnaissable à son pot rouge, la protéine 100% Whey professional.

Sources futurasciences. photo europe1

Share Button
(Pas encore de votes)
Loading...

Ecrire un commentaire