Les plate-formes vibrantes améliorent-elles les performances?

PFVibr_1

Beaucoup se demandent si l’exercice sur plateforme vibrante est vraiment de l’exercice. On a tout entendu ou presque à leur sujet. Et certaines études semblent être plus du marketing pour les vendeurs de plate-formes, que de véritables investigations. Plusieurs études semblent toutefois prouver qu’il y a un véritable intérêt à pratiquer sur ces machines.

Si l’effet sur l’ostéoporose ne semble pas démontré, celui sur la force et la performance est réel, surtout chez les personnes non entrainées.
Dans cette première étude portant sur des femmes ménopausées, 12 mois de thérapie plate-forme vibrante n’ont eu aucun effet significatif sur les os, ni altération, ni amélioration.
Par contre, dans une seconde étude, on constate un gain de force dans les extenseurs du genou chez les femmes d’après une étude de 2003, publiée dans le Medicine & Science in Sports & Exercise.
Cet aspect est confirmé par une autre étude,  sur des sujets non-sportifs, qui a mesuré le progrès du groupe plate forme vibrante contre le groupe témoin, après exposition aux vibrations, 3 à 4 mn par jour, 3 à 4 fois par semaine, pendant 4 mois. Les résultats confirment les effets positifs sur l’activation neuromusculaire. La hauteur de saut vertical a été améliorée (+2,5 cm). La force maximale des extenseurs de la jambe a également été améliorée de 3,7%.
Enfin, cette dernière étude, réalisée cette fois sur des ex-athlètes, s’est attaquée aux performances du sprint sur 60 m et sur l’endurance de la force explosive. Soumis à des entrainements de 16 à 30 mn, pendant 6 semaines, le groupe avec plate-forme a vu ses résultats de sprint augmentés, bien que la fréquence de la foulée ait diminué. Cela s’explique par une longueur de foulée (+5,6%) et une vitesse améliorées (+ 3,6). Cette étude est l’une des premières à conclure qu’un entraînement sur plate-forme vibrante s’accompagne d’amélioration de l’endurance de la force explosive.

 

Sources : Strength increase after whole-body vibration compared with resistance training Medicine & Science in Sports & Exercise. Vol. 35, n ° 6, pp: 1033-1041, 2003 From University Health Network, Mount Sinai Hospital, and University of Toronto, Toronto, and McMaster University, Hamilton, Ontario, Canada.  HealthDay News – Co-author Angela M. Cheung, Director of the osteoporosis program at the University Health Network, University of Toronto. Nov. 15 issue of Annals of Internal Medicine. savoir-sport.org Torvinen S et al. Effect of four-month vertical whole body vibration on performance and balance. Med Sci Sports Exerc 2002; 34(9):1523-8. Paradisis G et Zacharogiannis E Effects of whole-body vibration training on sprint kinematics and explosive strength performance J Sports Science Med 6:44-9, 2007. www.jssm.org/vol6/n1/5/v6n1-5text.php Photo DKN-france.com

 

 

 

Share Button
(Pas encore de votes)
Loading...

Ecrire un commentaire