Danger de la graisse abdominale

Mince avec du ventre
On ne voudrait pas vous gâcher la veille des fêtes, mais comme vous allez consommer du foie gras, du saumon, de la bûche et de l’alcool, on se devait de vous mettre en garde, contre une forme d’obésité bien sournoise.

Car même si vous êtes sportif et en forme, cela ne vous empêche pas toujours d’avoir un peu de ventre et un tour de taille pas très règlementaire. Les heures de cardio ou de musculation ne suffisent pas hélàs à éliminer cette graisse récalcitrante, car votre alimentation est seule en cause.

Le plus ennuyeux est sans doute que cette graisse abdominale, si elle est importante, comporte des risques pour votre santé, bien plus que si vous étiez enrobé de partout. Selon une étude publiée dans la revue Annals of Internal Medicine, il est plus dangereux d’avoir peu de surpoids mais beaucoup de ventre qu’un surpoids généralisé.

Cette étude à grande échelle, portant sur 15.000 américains adultes, âgés de 18 à 90 ans a montré qu’un homme avec un IMC dit normal avec un excès de graisse abdominal, a plus de risques de mortalité totale qu’un homme avec un IMC similaire et pas de ventre et carrément deux fois plus de risques de mortalité qu’un individu obèse ou en surpoids.

Si vous avez du ventre, vous êtes donc susceptible de mourir plus jeune que les personnes plus lourdes qui n’ont pas de graisse localisée. C’est sans doute parce que la localisation de la graisse à cet endroit n’est pas que sous-cutanée mais qu’il peut s’agir de la graisse viscérale, celle qui enrobe les organes vitaux comme le foie et le pancréas, et les rend gras, et de ce fait, plus fragiles et plus sensibles aux maladies cardio-vasculaires. Cette graisse peut également rendre moins réceptif à la leptine, l’hormone de la faim qui régule l’appétit et peut conduire ces personnes à manger davantage sans être véritablement rassasiés et sans déclencher la combustion des calories.

 

Un programme anti- graisse pour affiner le tour de taille

  • Programme Sèche Extrême

    L'efficacité de ce programme réside dans la synergie maximale de 3 puissantes formules complémentaires. Chez l’homme, le tissu graisseux étant essentiellement composé de triglycérides, on commencera par attaquer les...

    Superset Nutrition

    Programme sur 4 semaines

    L'avis du Team Fitadium

    L'efficacité de ce programme réside dans la synergie maximale de 3 puissantes formules complémentaires. Chez l’homme, le tissu graisseux étant essentiellement composé de triglycérides, on commencera par attaquer les graisses de l'intérieur avec une intensité croissante, à l’aide d'un puissant brûleur de graisses aux actions multiples associé à une version spécifique de la carnitine. Puis, on accélère au maximum la sèche en introduisant une formule permettant de réduire radicalement l’excès d'eau et intensifier la perte de poids. L'affutage est maximum !

    69,90 €

    85,00 €

 

Etre gras du ventre avec un IMC normal, expose davantage à des problèmes de santé selon le Dr Francisco Lopez-Jimenez, spécialiste cardio-vasculaire à la Mayo Clinic.

Ce genre de statistique n’est rendue possible qu’avec une mesure de l’IMC qui se limite au rapport poids/taille, sans faire de différence entre le muscle et la graisse. Ce qui explique d’ailleurs aussi pourquoi, selon cette échelle, bon nombre de bodybuilders qui pèsent 110 kg ( de muscles) sont injustement considérés comme obèses. Pour avoir une mesure plus juste, il faudrait superposer les valeurs de l’IMC avec le tour de taille ou utiliser la mesure des plis de peau pour connaitre réellement l’indice de masse grasse d’une personne.

Si nous avons abordé ce sujet, c’est parce que vous ne vous débarrasserez de la graisse abdominale qu’avec un régime strict et de l’exercice intense, comme on vous le rabâche dans nos programmes . Alors, un conseil : n’y allez pas trop fort sur les plats riches du réveillon, si vous ne voulez pas que cette année, le foie gras, ce soit vous…

Source mensfitness, Normal-Weight Central Obesity: Implications for Total and Cardiovascular Mortality Karine R. Sahakyan, MD, PhD, MPH; Virend K. Somers, MD, PhD; Juan P. Rodriguez-Escudero, MD; David O. Hodge, MS; Rickey E. Carter, PhD; Ondrej Sochor, MD; Thais Coutinho, MD; Michael D. Jensen, MD; Véronique L. Roger, MD, MPH; Prachi Singh, PhD; and Francisco Lopez-Jimenez, MD, MS Annals of Internal Medicine.Photo shutterstock.com/LoloStock

Share Button
(4 votes, Moyenne: 4,50/5)
Loading...

Ecrire un commentaire