Les hommes pleins de testo aiment quand ça pique !

Testostérone et piment sont-ils liés?

Ne voyez pas de jeu de mots caché dans ce titre, en lien avec les stéroïdes, car il semblerait tout simplement que les hommes dont le taux de testostérone est élevé aient une forte attirance pour la nourriture épicée.

Une attirance pour ce qui pique

Est-ce parce que les hommes bourrés de testostérone sont tentés par les comportements à risque qu’ils se tournent vers les piments forts ? Cela pourrait être une explication, car il y a un lien entre le taux de testostérone et l’attirance certaine pour les plats épicés. Si la testostérone est à l’origine de comportement plus agressifs et dominants, mais aussi de masse musculaire, elle augmente en présence de femmes, dans la perspective d’un rapport sexuel, après une victoire ou lorsqu’on prend des risques et diminue lorsqu’on devient père… Elle est liée dans tous les cas à la recherche de sensations extrêmes chez l’homme, ce qui peut s’apparenter à la quête de saveurs pimentées et fortes.

Une étude menée sur le sujet auprès de 114 hommes, par des chercheurs de l’Université de Grenoble avec Laurent Bègue, vient d’être publiée dans la revue Physiology and Behavior. Selon lui les résultats, sont dans la lignée de beaucoup de recherches montrant un lien entre la testostérone et la prise de risque financier, sexuel et comportementale.

Le taux de testostérone de ces sujets a été mesuré grâce à un test de salive. Ensuite lors de repas, ces participants devaient assaisonner librement leurs plats avec de la sauce piquante au piment. On s’est aperçu que ceux qui avaient le plus fort niveau de testostérone consommaient plus de doses de sauce pimentée.

Manger épicé rend plus viril ?

D’après une autre étude, menée chez le rat, cette fois, l’effet inverse serait également vrai car la consommation de piment sous forme de capsaïcine élèverait le niveau moyen de testostérone. Toutefois cette dernière étude reste à confirmer chez l’homme. La testostérone serait donc à la fois la cause et la conséquence de la consommation de piment. Et les hormones et le comportement alimentaire seraient directement liés. Ce qui est certain c’est que le piment, c’est HOT !

Physiology and Behavior November 25 2014 doi:10.1016/j.physbeh.2014.11.061. Some like it hot: Testosterone predicts laboratory eating behavior of spicy food. Photo Shutterstock.com.

Share Button
(3 votes, Moyenne: 2,67/5)
Loading...

Ecrire un commentaire