Le magnésium diminuerait la résistance à l’insuline


Des apports en magnésium  corrects seraient directement liés à une diminution de résistance à l’insuline.

La résistance à l’insuline (qui fait que trop peu d’insuline est libérée pour produire une réponse normale des cellules du foie et des muscles) était significativement plus faible chez des personnes atteintes du syndrome métabolique dont les apports en magnésium étaient élevés.
Une étude menée sur 234 personnes, par les chercheurs de l’université de Yangzou en Chine et au Medical School (Université du Massachusetts), a noté que moins de 30% avaient la dose recommandée de magnésium. Cela signifie que 70 à 80% de la population n’a pas les apports recommandés en magnésium.
Le NIH (National Institute of Health) désigne le minéral magnésium comme nécessaire à plus de 300 réactions biochimiques : contribuer au maintien musculaire et à la fonction nerveuse, maintenir un rythme cardiaque régulier, soutenir le système immunitaire, conserver des os solides. Mais ce minéral est tout aussi fondamental pour la gestion de la glycémie et de la pression artérielle.
L’étude de grande envergure a porté sur des personnes non diabétiques mais présentant un syndrome métabolique, accompagné d’obésité, avec une hypertension et un métabolisme de l’insuline et du glucose perturbé. Ce syndrome, dont souffrent 75 millions d’américains, augmente généralement de façon indirecte, les risques de diabète de type 2 et de maladies cardio -vasculaires.
Puisque cette étude a mis en évidence le manque de magnésium chez les personnes observées, il a été suggéré que l’augmentation de l’apport en magnésium pouvait au contraire améliorer la résistance à l’insuline chez ces personnes.
Les chercheurs ont mesuré l’apport alimentaire en magnésium et la résistance à l’insuline au début de l’étude puis après 6 mois et 12 mois. Les résultats ont montré que l’apport en magnésium alimentaire était inversement proportionnel à la résistance à l’insuline. Mieux, pas besoin d’apports élevés : les personnes dont l’apport en magnésium approchait la dose recommandée ont vu leur risque de résistance à l’insuline diminuer de 63%.
Des études antérieures avaient déjà mis en évidence l’effet protecteur du magnésium, sur beaucoup de points, mais c’est la première fois que la dose journalière recommandée est considérée comme suffisante pour protéger de la résistance à l’insuline.

L’EFSA , Autorité Européenne de Sécurité des Aliments a bien confirmé l’effet du magnésium sur le maintien des os, des dents et la synthèse des protéines, la réduction de la fatigue, l’équilibre des électrolytes, le métabolisme énergétique, la neurotransmission et la contraction musculaire.
En ce qui concerne les autres allégations, l’agence n’a pas émis d’avis positif notamment sur le magnésium et le glucose dans le sang, la pression artérielle, le stress, la protection de l’ADN des protéines et des lipides contre l’oxydation, le système immunitaire et le métabolisme des graisses.
En dépit de cet avis négatif, d’autres études et méta-analyses se sont attachées à démontrer l’effet sur les voies métaboliques, la pression artérielle et indirectement sur le risque d’AVC et de cancer du côlon.
La magnésium est donc une piste à considérer et à explorer pour éviter les désordres de la glycémie et tous les effets qui en découlent.

Source:  2013, Volume 5, Number 10, Pages 3910-3919; doi:10.3390/nu5103910. Dietary Magnesium Intake Improves Insulin Resistance among Non-Diabetic Individuals with Metabolic Syndrome Participating in a Dietary Trial. Authors: J. Wang, G. Persuitte, et al.

Share Button
(Pas encore de votes)
Loading...

Ecrire un commentaire